Life

La pilule masculine, c'est pour quand ?

Slate.fr, mis à jour le 14.05.2010 à 11 h 03

La pilule vient de fêter ses 50 ans ce mois-ci. De sa version masculine, on en parle, on en parle, mais c'est pour quand, cette fameuse pilule? Alors que les experts disent être plus près que jamais de la fabrication d'un contraceptif, News Discovery revient sur ce qui bloque encore. A commencer par ce premier élément apporté par John Amory, spécialiste de la reproduction masculine de l'Université de Washington:

Les hommes produisent 1.000 spermatozoïdes chaque seconde. Il est beaucoup plus difficile de supprimer ce degré de production que celui d'un oeuf par mois.

Et une simple éjaculation contient entre 100 et 500 millions de spermatozoïdes, ajoute News Discovery. Malgré cette difficulté initiale, les études ont fourni jusqu'à présent des résultats prometteurs. Dans le cadre du plus grand test réalisé, l'injection de testostérone à plus de 1.000 hommes, toutes les 8 semaines et pendant 2 ans et demi, s'est avérée éfficace à 95%.

D'après les sondages, à peu près la moitié des hommes seraient intéressés pour prendre ce contraceptif hormonal masculin, qui devrait opérer à peu près selon la même logique que la pilule féminine: de la testostérone et probablement de la progestine seraient administrées à l'homme pour empêcher les testicules de fabriquer du sperme. Cette pilule ne sera d'ailleurs sans doute pas une pilule, le contraceptif pourrait prendre la forme d'injections administrées chez le médecin tous les 2 ou 3 mois, de gel à appliquer quotidiennement sur les bras ou l'estomac, où d'implants sous la peau.

Mais de nombreux challenges persistent: le contraceptif ne parvient pas à supprimer la production de sperme pour 20% des hommes, et les scientifiques n'ont aucun moyen de savoir lesquels. Il y a également des effets secondaires: acné, prise de poids, augmentation du taux de cholestérol. Et ces recherches ne mènent à rien s'il n'y personne pour distribuer le produit:

Et pour qu'une version masculine de la pilule atteigne le marché, il faudrait également que les laboratoires pharmaceutiques démontrent plus d'intérêt.

D'après le Figaro, la piste des ultrasons est explorée par des chercheurs que la Fondation Bill Gates vient de subventionner à hauteur de 100.000 dollars. D'après eux, un traitement à base d'ultrasons -non douloureux- au niveau des testicules pourrait être efficace pour rendre stérile un homme, de manière réversible pendant six mois, la question de cette réversibilité étant précisément clé.

[ Lire l'article de Newsdiscovery et du Figaro]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: outcast104 via Flickr CC License by

 

 


Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte