Dans le monde d’après, les Français apprennent à payer autrement
Économie

Dans le monde d’après, les Français apprennent à payer autrement

Temps de lecture : 2 min
Slate.fr

Depuis 2020, il n’y a pas que les habitudes de consommation qui ont changé. Les modes de paiement ont aussi évolué. Avec une méthode, qui sort de plus en plus du lot: le paiement fractionné.

Le chèque concurrencé

Espèces, chèques ou CB? Ces trois modes de paiement fleurent bon les années 2000. Aujourd’hui, et le phénomène a été accéléré par la crise sanitaire, les Français ont appris à payer autrement: depuis leur téléphone, via une application, par prélèvement bancaire… Comme le constate le dernier rapport de la Banque de France, le chèque a connu un fort recul. «Le volume de chèques émis a été divisé par trois pour atteindre 1,2 milliard de transactions en 2020, soit 5% des transactions scripturales», précise le rapport.

L’usage du chèque reste cependant majoritaire, notamment pour les plus grosses dépenses. En termes de valeur, et toujours selon la Banque de France, davantage d’argent a été dépensé par chèque que par un paiement par carte. «L’usage du chéquier permet notamment à l’acquéreur de profiter d’un délai d’encaissement. Il peut aussi, avec l’accord du commerçant, procéder à un paiement en plusieurs fois, en faisant plusieurs chèques», souligne Laurent, chargé de clientèle dans une banque parisienne.

Des facilités de paiement pour (presque) tout

Depuis quelques années, une nouvelle façon de procéder à ses achats pourrait concurrencer les avantages du chèque, tout en limitant les risques de fraude, et en favorisant en outre, en pleine pandémie, la distanciation sociale. Il s’agit des facilités de paiement. Pour une machine à laver, une console de jeux, et même pour un voyage, tout ce qui demande un investissement un peu important, le paiement fractionné est devenu une option plus qu’intégrée.

«J’ai une retraite correcte, mais peu d’épargne. Quand mon frigo m’a laissée en rade, le fait de pouvoir le payer en trois fois m’a sorti une épine du pied», raconte Martine, sexagénaire. «Le paiement en plusieurs fois peut aussi servir sur les périodes de grosses dépenses, comme à Noël, avec les enfants et les petits-enfants. J’ai tellement le réflexe que, la dernière fois, sans faire exprès, j’ai acheté un tire-bouchon à 12 euros en quatre fois… ».

Le boom du paiement fractionné en 2020

Comparé parfois, à tort s’il ne dépasse pas une certaine durée, au crédit, le paiement en plusieurs fois a connu une progression fulgurante dans les habitudes des Français. «En France, nous sommes passés de 25 % des Français qui utilisaient au moins un paiement fractionné dans l’année en 2019, à 31 % en 2020. Soit une augmentation de 6 points», expliquait Alexandre Joie, directeur du développement et des produits chez Floa Bank, à L’Echo touristique. C’est particulièrement vrai pour les voyages.

Les acteurs du marché sont parvenus à proposer des offres attractives. Ainsi Floa Bank,filiale du Groupe Casino et de Crédit Mutuel-CIC, a développé une solution de paiement en quatre fois qu’on retrouve chez Cdiscount, l’un des leaders du e-commerce qui appartient au groupe de distribution.

Trois cartes bancaires sont également proposées par le groupe Casino, et chacune dispose d’options favorisant le paiement fractionné. Jusqu’à trois fois, celui-ci peut être sans frais. Les clients peuvent profiter d’autres avantages intéressants, comme le cashback, qui permet de «cagnotter» une partie de la somme dépensée.

Pour tous les consommateurs

Si le paiement fractionné connaît un tel essor, c’est parce qu’il peut s’adresser à toutes les bourses. Les ménages fragiles ne sont pas testés sur leur solvabilité. Ils peuvent ainsi consentir un effort plus important, en payant sur plusieurs mois, un achat pour lequel ils auraient dû patienter, ou se tourner vers le crédit à la consommation.

Pour les foyers à la santé financière plus solide, le paiement fractionné permet de dégager de la trésorerie et d’acquérir un bien un peu coûteux plus facilement. «Cela demande tout de même une certaine vigilance», note Laurent. «Mais c’est certain, c’est une aide à la consommation, qui facilite chez le consommateur le déclenchement d’achat ». Il n’existe pas, selon le chargé de clientèle, de profil-type de client se tournant vers ce nouveau mode de dépense. Tous les consommateurs pourraient délaisser le chèque.

Crédit photo: Pixabay

En savoir plus:
La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio