Tech & internet

Le cofondateur de Wikipédia avoue lui-même ne plus avoir confiance en l'encyclopédie en ligne

Temps de lecture : 2 min

On y trouve les informations que l'on veut bien nous donner, estime Larry Sanger.

Sur la plateforme, tout le monde peut éditer les articles proposés par l'encyclopédie en ligne. | Luke Chesser via Unsplash
Sur la plateforme, tout le monde peut éditer les articles proposés par l'encyclopédie en ligne. | Luke Chesser via Unsplash

Durant votre scolarité, vos enseignants vous ont certainement prévenu: Wikipédia n'est pas une source fiable et ne détient pas la vérité. Eh bien, c'est aussi ce que pense Larry Sanger, le cofondateur de l'encyclopédie en ligne, rapporte Futurism. Récemment, lors d'une interview donnée à Lockdown TV, l'Américain a eu quelques mots durs envers sa propre création. Bien qu'il ait semblé défendre la version originale de Wikipédia en tant que projet open source accessible à tous, Larry Sanger a déclaré que telle qu'elle existe actuellement, l'encyclopédie fournit un «point de vue sur à peu près tout et n'importe quoi».

«Est-ce qu'on peut lui faire confiance pour toujours écrire la vérité? Eh bien, tout dépend de ce que vous pensez être la vérité!», a lancé celui qui est aujourd'hui directeur des systèmes d'information à Everipedia, une autre encyclopédie en ligne.

Faire dire ce que l'on veut à qui l'on veut

Pour illustrer son affirmation, Sanger prend l'exemple de la page Wikipédia du président américain. «Si vous lisez l'article sur Joe Biden, il ne traduit que peu les inquiétudes qu'avaient les Républicains à son propos, explique-t-il à Lockdown TV. Donc, si vous voulez lire une information qui reflète un avis républicain à ce moment-là, vous ne le trouverez pas sur Wikipédia.»

Selon lui, la biographie de Biden «se lit comme le résumé d'un avocat de la défense». Pour appuyer son propos, il a également pointé du doigt le fait qu'un paragraphe consacré au scandale de Biden en Ukraine lors de l'élection présidentielle de 2020 devrait apparaître sur sa page. Futurism rappelle tout de même qu'à la date de parution de l'article traitant de ce sujet sur l'outil collaboratif, deux paragraphes mentionnant cette controverse ukrainienne ainsi que ses implications politiques avaient été ajoutées sur Wikipédia. Cette section a été éditée le 18 juillet, soit quatre jours après l'interview de Larry Sanger.

Au-delà de ce que l'on pense de la politique américaine, Sanger soulève le problème du niveau de confiance sur lequel est basée la plateforme, alors même que les plus puissants et les plus riches sont incités à modifier leur biographie pour (re)dorer leur image. L'homme dénonce également les entreprises de marketing qui éditent des articles Wikipédia spécifiques destinés à influencer l'opinion.

«Tout le monde sait que Wikipédia a de l'influence sur tout le monde. Donc il y a un jeu un peu sournois et complexe qui consiste à faire dire aux articles ce qu'on l'on veut qu'ils disent.»

Newsletters

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Internet ne tient qu'à 420 câbles: l'Europe est-elle prête à les protéger?

Les grandes puissances se livrent une bataille sans merci pour le contrôle des autoroutes de l'information sous-marines.

L'algorithme de Twitter amplifie plus les contenus de droite que ceux de gauche

L'algorithme de Twitter amplifie plus les contenus de droite que ceux de gauche

Ce sont les résultats d'une étude interne menée par le réseau social.

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les trolls en ligne qualifient les femmes de sournoises, mentalement instables, diaboliques, ennuyeuses ou en quête d'attention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio