Économie

Louer la piscine d'un particulier pour quelques heures, le nouveau stade de l'ubérisation

Temps de lecture : 2 min

Les propriétaires d'une piscine n'utiliseraient leur bassin que 15% du temps, ce qui leur laisserait de larges plages horaires pour gagner de l'argent.

Dans le Massachusetts, Erin Moriarty loue sa piscine 129 dollars de l'heure. | Dim Hou via Unsplash
Dans le Massachusetts, Erin Moriarty loue sa piscine 129 dollars de l'heure. | Dim Hou via Unsplash

Si vous appelez un Uber, vous roulerez dans la voiture de quelqu'un d'autre. Si vous louez un Airbnb, vous dormirez dans la maison de quelqu'un d'autre. Maintenant, grâce à une application nommée Swimply, vous pouvez vous baigner dans la piscine de quelqu'un d'autre, explique le Boston Globe.

Erin Moriarty, une professeure vivant dans le Massachusetts, l'a téléchargée sur les conseils d'un ami. Elle ne s'imaginait pas une seconde que son jardin aurait autant de succès. «J'ai inscrit ma piscine sur Swimply un samedi, et le dimanche matin, j'avais dix demandes de réservation», raconte-t-elle. Au cours des dernières semaines, cette mère de famille a accueilli divers groupes de baigneurs, autant des petites familles que des amis pour une soirée à vingt-cinq personnes. Bientôt, son jardin servira à organiser une fête pour des futurs parents qui comptent annoncer à cette occasion le sexe de leur enfant.

Swimply est disponible aux États-Unis, au Canada et en Australie. Il existe en France un dispositif similaire, Swimmy. Dans le Massachusetts, 43 piscines sont actuellement proposées et 170 sont en attente d'approbation. La start-up, basée à New York, vérifie les hôtes potentiels un par un, parfois en personne, et s'assure de la sécurité de la piscine avant que les propriétaires puissent accepter des réservations. Bunim Laskin, le cofondateur et directeur exécutif, a créé l'entreprise en 2018, quand il avait 20 ans.

Comparateur de piscines

Les propriétaires d'une piscine n'utiliseraient leur bassin que 15% du temps, ce qui leur laisserait de larges plages horaires pour gagner de l'argent en le louant. Erin Moriarty réinvestit ce qu'elle empoche grâce à ces locations dans l'entretien de sa piscine ainsi que dans l'amélioration de son jardin.

Gregory Daniell, un autre utilisateur de Swimply, confie avoir douté en s'inscrivant: «Je ne savais pas si ça allait marcher... Je me suis dit que c'était un peu bizarre de recevoir des gens dans ma piscine mais ça s'est très bien passé, les gens sont très respectueux.» Au bout d'un mois, il avait gagné quelques milliers de dollars, qui sont immédiatement allés dans les frais d'entretien de son bain à remous.

Sur Swimply, ces deux propriétaires observent les autres offres de location et comparent leur prix et la qualité de leur piscine. Erin, qui avait commencé par louer la sienne 100 dollars de l'heure (84 euros), a ainsi décidé d'augmenter le tarif à 129 dollars (109 euros), «pour que cela vaille le coup de sacrifier sa piscine un après-midi». La frustration émane surtout de ses deux enfants. Gregory reconnaît également qu'il n'aime pas voir son fils de 5 ans attendre que les locataires soient partis avant de s'amuser dans la piscine. «Mais c'est une bonne leçon de patience», assure-t-il.

Newsletters

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio