Politique / Santé

La vaccination obligatoire est-elle compatible avec la démocratie sanitaire?

Temps de lecture : 7 min

Une journaliste et un médecin en débattent, et ils ont tous les deux de très bons arguments.

Une femme reçoit une dose de Pfizer contre le Covid-19, à Noisy-le-Sec, le 7 mai 2021. | Christophe Archambault / AFP
Une femme reçoit une dose de Pfizer contre le Covid-19, à Noisy-le-Sec, le 7 mai 2021. | Christophe Archambault / AFP

C'est donc chose faite: la vaccination a été rendue obligatoire pour les professionnels de santé soignants et non soignants et pour les bénévoles au contact des personnes âgées. Selon toute vraisemblance, cela ne résoudra pas la crise sanitaire, ni ne parviendra à régler le problème du fossé vaccinal au sein de la population générale.

Alors que fallait-il proposer maintenant face à la menace du variant Delta et face à une crise qui semble n'en plus finir, dès lors que l'on ne verra sans doute jamais mise en place une stratégie d'élimination performante? Fallait-il étendre l'obligation vaccinale à la population générale? Était-il pertinent pour le gouvernement de revenir sur sa promesse?

C'est une question qui se pose réellement dans la mesure où 52,7% des plus de 12 ans ont aujourd'hui reçu au moins une dose et où 26.350.232 personnes sont entièrement vaccinées alors que nous avons besoin d'atteindre peut-être plus de 90% de l'ensemble de la population vaccinée pour éviter une quatrième vague. En pratique, ce pourrait être faisable puisque nous avons dépassé la période de pénurie, que les lieux où la vaccination est possible sont nombreux et bien organisés et que la liste des professionnels autorisés à vacciner s'allonge.

Nous avons tous les deux beaucoup discuté de l'obligation vaccinale. Alors que nous sommes souvent d'accord dans cette crise, nous sommes sur ces questions toujours en discussion. Autant vous faire partager nos débats.

Antoine Flahault: J'en suis venu à la conclusion que l'obligation vaccinale gagnerait sur tous les plans à s'étendre à toute la population éligible à la vaccination. En effet, pourquoi se limiter aux seuls soignants? Les pompiers ne sont-ils pas eux aussi appelés au chevet de patients malades, blessés, vulnérables? Les hommes et femmes de ménage ne sont-ils pas souvent au contact de personnes âgées ou à risque? Les enseignants, les forces de l'ordre, les avocats, les commerçants… La liste semble infinie. Nous sommes presque tous au contact plus ou moins rapproché de personnes âgées ou vulnérables, c'est bien chacun de nous qui se doit d'être vacciné pour se protéger et protéger la communauté.

Laure Dasinieres: Je ne peux qu'être d'accord sur la nécessité de vacciner le plus grand nombre et vite. Mais je n'arrive pas à me résoudre à ce que cela se fasse par la contrainte. Je suis peut-être naïve ou idéaliste mais je crois que la pédagogie permettant un consentement libre et éclairé doit primer sur la coercition. Je dois avouer que, question pédagogie, le gouvernement a surtout cafouillé jusqu'ici avec des communications parfois contradictoires, souvent culpabilisantes et, finalement, assez peu efficaces.

«Tout cela crée déjà une obligation masquée avec une illusion de démocratie sanitaire.»
Laure Dasinieres, journaliste

Antoine Flahault: Nous vivons la pire crise sanitaire de tous les temps modernes, une crise dévastatrice qui avait fauché 111.325 vies en France au 11 juillet 2021, la seule crise qui ait réussi à bloquer des pans entiers de l'économie mondiale. Or, nous disposons d'un vaccin, nous savons qu'il nous faut tous être vaccinés pour éviter d'engorger à nouveau nos hôpitaux, alors c'est peut-être le moment. Ne nous faudrait-il pas nous obliger à porter cette ceinture de sécurité vaccinale au volant de nos vies? Ne nous faudrait-il pas accepter de porter ce casque vaccinal sur nos crânes rebelles? Ne nous faudrait-il pas nous interdire de fumer les calumets de nos interactions sociales sans être préalablement dûment vaccinés?

Laure Dasinieres: Je suis absolument fan de vos métaphores! Elles sont d'ailleurs très parlantes et devraient être utilisées pour convaincre celles et ceux qui procrastinent et hésitent. Cela dit, l'extension du pass sanitaire à de nombreuses activités en intérieur et la fin de la gratuité pour les tests PCR et antigéniques dits de confort pourraient bien, en complément d'un travail de réassurance assorti d'un indispensable «aller vers», être suffisamment incitatives. Personne n'a envie de payer pour aller se faire curer le nez toutes les 48h! (Je tiens à préciser que cette suspension de la gratuité des tests ne me semble pas une bonne idée d'un point de vue sanitaire.) Avouez que tout cela crée déjà une obligation masquée avec une illusion de démocratie sanitaire: on peut choisir d'avoir une vie sociale ou pas… C'est un aveu d'échec que d'en arriver là.

Antoine Flahault: L'obligation vaccinale concerne un dilemme de démocratie sanitaire. On pense qu'il faut plus de 80%, peut-être même plus de 90% de couverture vaccinale pour atteindre une immunité collective protectrice. On est favorable à la responsabilisation citoyenne. Mais comment fait-on en pratique pour obtenir 80 ou 90% d'assentiment à une quelconque mesure en démocratie? Cela n'existe pas. En démocratie, on ne traite pas tous ses opposants de conspirationnistes ou de complotistes quand même! On se dit habituellement que c'est normal que tout le monde ne soit pas d'accord avec vos idées.

Mais, là, le problème, c'est que les tenants de l'idée qu'il faut se vacciner exigent que 90% soient d'accord avec eux, et cela est simplement impossible à obtenir, quelle que soit la pédagogie déployée, quels que soient les pouvoirs de conviction ou de séduction mis en œuvre. Ceux qui invoquent une forme de dictature sanitaire dans le domaine de la santé publique n'ont pas tout à fait tort: on ne sait pas vaincre la rougeole sans une couverture vaccinale de plus de 95%, et il n'est pas impossible que ce soit aussi nécessaire pour lutter contre le Covid. Et cela, on ne sait pas faire avec les outils habituels de la démocratie.

«Toutes les démocraties ont mis en place des mesures plus ou moins liberticides pour protéger
leur communauté.»
Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale à la faculté de médecine de l'université de Genève

Laure Dasinieres: D'accord mais nous ne parlons pas de politique mais de santé publique, c'est-à-dire de notre santé à tous et à toutes au sein de la cité. La politique, c'est se positionner en faveur ou non de l'obligation vaccinale, pas pour ou contre la vaccination. Je suis persuadée que les antivax sont très bruyants mais qu'ils ne représentent qu'une minorité des personnes aujourd'hui non vaccinées. Il y a des gens qui attendent, qui préfèrent un meilleur moment, d'autres qui sont éloignées du soin.

On a encore de multiples leviers à activer comme proposer un ou deux jours de congés payés après l'injection, consolider une communication transparente sur le rapport bénéfices/risques, renforcer la politique d'«aller vers» (on voit bien que les moins vaccinés sont celles et ceux qui ont les plus bas revenus). Si on veut la démocratie, il faut que chacun et chacune ait le même niveau d'information et les mêmes facilités d'accès aux soins –la gratuité du vaccin ne suffit pas. Je déplore que les inégalités sociales n'aient pas été davantage prises en compte et que l'on se soit focalisé sur la chasse aux sorcières des antivax.

Antoine Flahault: Toutes les démocraties ont mis en place des mesures plus ou moins liberticides pour protéger leur communauté des risques qu'elle encourt. L'interdiction de fumer dans les lieux publics s'applique à tous et probablement n'aurait-elle pas recueilli non plus l'assentiment de toute la population. Les limitations de vitesse, le taux d'alcoolémie au volant, pareil. En Suède, pays très sourcilleux du respect des libertés individuelles, la représentation nationale a voté il y a quelques années la déprivatisation des points de vente d'alcool, ce n'est pas rien! La France a mis en place une vaccination obligatoire pour onze vaccins, incluant la poliomyélite, la rougeole, l'hépatite B. Ce n'est pas rien non plus.

Quel bénéfice individuel direct pour un nourrisson français d'être vacciné contre la poliomyélite qui ne sévit aujourd'hui que sur la frontière de l'Afghanistan et du Pakistan, contrôlée par les talibans? Et même quel bénéfice individuel direct pour un nourrisson français d'être vacciné contre l'hépatite B? Il est probablement très faible. Mais ces vaccins sont très largement administrés. Puisqu'ils sont obligatoires, c'est que le gouvernement considère qu'ils sont importants, entend-on dire. C'est peut-être plus reposant parfois d'accepter que des feux rouges dans les carrefours de nos villes guident le trafic et nos pas.

«En plus d'être un constat d'échec, une obligation vaccinale serait extrêmement infantilisante.»
Laure Dasinieres, journaliste

Laure Dasinieres: Je ne vous suis pas sur la comparaison avec les onze vaccins obligatoires. Celle-ci concerne les enfants qui ne sont pas en âge d'exercer leur consentement libre et éclairé et sont sous la gouverne de leurs parents. Cette obligation me semble se justifier par le fait que ces enfants (et par là même, leurs camarades) peuvent être mis en danger par des parents laxistes ou antivax. Ici, nous parlons d'adultes juridiquement responsables. En plus d'être un constat d'échec, une obligation vaccinale serait extrêmement infantilisante.

C'est quelque chose de difficile à intégrer lorsque l'on promeut la complémentarité des expertises soignants/patients. Par ailleurs, là où je vous suis davantage, c'est que l'obligation vaccinale peut avoir quelque chose de soulageant. Je ne crois pas qu'elle renforce les complotistes dans leurs élucubrations. C'est un signe que le gouvernement endosse la responsabilité d'éventuels effets indésirables et, comme prendre en charge des dédommagements pour des millions de Français serait tout simplement inimaginable, cela confirme l'innocuité des vaccins!

Antoine Flahault: Oui, l'obligation vaccinale n'est pas une solution idéale, elle est un peu liberticide, mais n'y a-t-il pas plus liberticide encore, comme mesure sanitaire?

Laure Dasinieres: Évidemment, c'est en soi autrement plus aisé qu'un nouveau confinement et de nouvelles privations de libertés sur le long terme… Sans parler évidemment des morts et des malades dont le chiffre est tout simplement insoutenable. Vous ne m'avez pas convaincue mais j'entends vos arguments. Pour conclure, j'en profite, Antoine, pour vous souhaiter de bonnes vacances bien méritées et pour vous remercier de ces mois de discussion extrêmement enrichissants où nous avons pu réellement échanger et argumenter l'un l'autre.

Antoine Flahault: Merci Laure pour ces billets à quatre mains que vous avez voulu toujours respectueux de nos lecteurs et lectrices, merci aussi pour votre engagement courageux et ferme, et souhaitons à tous (ainsi qu'à nos meilleurs ennemis, les virus et leurs variants) une pause estivale la plus longue et la plus revivifiante possible!

Newsletters

Angela Merkel est surcotée

Angela Merkel est surcotée

Est-ce pour sa longévité, son indéniable charisme, sa domination de la scène européenne ou la stabilité de sa conduite des affaires? Pour ce qui est des questions économiques, la stabilité a largement été synonyme d'inaction et son bilan est plutôt décevant.

Débat et name checking

Débat et name checking

L'extrême droite veut faire main basse sur nos utérus de femmes blanches

L'extrême droite veut faire main basse sur nos utérus de femmes blanches

Refuser aux femmes la possibilité de se réaliser comme un individu qui fait seul ses choix, exercer des pressions sur elles, les ramener sans cesse et les limiter socialement à leurs fonctions reproductives, c'est au fondement de la pensée d'extrême droite.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio