France

Minc n'hésite pas à gonfler les chiffres

Slate.fr, mis à jour le 11.05.2010 à 18 h 05

alainminc

alainminc

Alain Minc se dit «ami et non pas conseiller», «en état de dire à tout moment ce qu'il a envie de dire» à Nicolas Sarkozy. Il aime lancer des débats et sait mener les interviews dans la direction qui lui convient. Ce fut le cas Vendredi 7 mai, alors qu'invité de l'émission Parlons Net sur France Info, il exposait sa solution contre le déficit de l'assurance maladie:

Je pense qu'il va bien falloir s'interroger sur le fait qu'on récupère les dépenses médicales sur les très vieux en mettant à contribution leur patrimoine quand ils en ont, ou le patrimoine de leurs ayant droit.

Pour illustrer sa proposition qu'il a qualifiée de «progressiste»- rapporte lemonde.fr- il s'est appuyé sur l'exemple de son père âgé de 102 ans, et hospitalisé pendant deux semaines. «La collectivité française a dépensé 100.000 euros pour soigner un homme de 102 ans. C'est un luxe immense, extraordinaire pour lui donner quelques mois ou, j'espère, quelques années de vie.»

Ses propos ont rapidement été discutés sur les blogs et Libération s'est étonné du montant avancé. Sur LibéOrléans, Mourad Guichard s'interroge «Comment l'opération d'un «très vieux» peut-elle coûter 100.000 euros ?»:

Joint hier par Libération, Alain Minc confie: «Écoutez, c'était illustratif. Ce montant est sans doute plus élevé que la réalité.» Plus élevé de combien? «Seize jours de service de pointe, ça doit être 20.000 ou 25.000 euros [...]. J'ai délibérément pris un chiffre qui frappe; le montant que j'imaginais qu'on puisse me réclamer.» Inventer un montant pour manipuler un argumentaire... la méthode Minc?

Plus que le montant lui-même, c'est la brèche qu'ouvrent les réflexions d'Alain Minc qui préoccupe Jean-Daniel Flaysakier, spécialiste des questions santé à France2. Sur son blog, il s'inquiète des dérives qu'une première atteinte à l'ordonnance de 1945 «sur l'accès aux soins pour tous quels que soient ses revenus» pourrait impliquer. Un «patient atteint d'un cancer du poumon inopérable avec des métastases et qui fait une infection pulmonaire sévère devrait-il payer plus» sous prétexte qu'il est PDG et qu'il a fumé deux paquets par jour toute sa vie? Un accident au ski devrait-il être facturé plus cher?

A LIRE AUSSI: Jean-François Copé: les Allemands prouvent que les déficits ne sont pas une fatalité

[Lire les articles sur LibéOrléans ici, celui du monde.fr et le post de Jean-Daniel Flaysakier]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo:capture d'écran france info

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte