Culture

«Raw Power» des Stooges ressuscité

Temps de lecture : 2 min

Mai 1973. The Stooges, groupe fondé sept ans plus tôt par James Osterberg, plus connu sous le nom d'Iggy Pop (ou l'Iguane), sortent l'album Raw Power. Alors que mardi une version Deluxe succède à cette première édition, Francis Dordor des Inrocks exalte dans un long article cet «album fondateur du punk, qui fit entrer les Stooges dans la légende en même temps qu'il signait leur arrêt de mort».

Pour le journaliste, Raw Power est «le plus beau, le plus réussi, le plus spectaculaire de tous les naufrages» de ce groupe qui assumait «tous les périls, tous les paradoxes». Avec un goût pour la violence et la provocation qui a beau être, pour Dordor, «la manière la plus infâme» d'obtenir sa place dans l'histoire, est pourtant «toujours la meilleure en rock'n'roll».

Au sommet en 1969, les Stooges entament rapidement leur descente. En 1971, le groupe est «quasiment mort», «Iggy végète à New York». En mai 1973 quand Raw Power sort enfin, le groupe a sombré :

De meilleurs espoirs de la nouvelle scène américaine, ils étaient devenus un cauchemar pour leur entourage et pour eux-mêmes.

A travers un récit fouillé de l'histoire du mythique James Osterberg «élevé dans un étui à cigare en métal» et devenu une légende- et de tout «ce qui fit la nourriture de Raw Power», au delà d'un hommage, l'article semble bien vouloir participer à la revanche sur leur histoire que symbolise cette sortie en version Deluxe:

En 1973, Raw Power, après avoir péniblement atteint la 82e place des hit-parades US, finit dans les bacs à soldes. En 2010, trente-six ans plus tard, les Stooges reviennent savourer leur revanche. Aujourd'hui, il est considéré comme un classique, la pierre de Rosette du punk.

[Lire l'article des Inrocks]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Quique Lopez via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

«Le procès contre Mandela et les autres» et «6 Portraits XL», deux films pour toucher le réel

Des voies aussi différentes qu'également originales pour explorer et donner à comprendre la réalité.

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

Newsletters