Life

Le mystère des «contrôleurs du VIH» s'éclaircit

Slate.fr, mis à jour le 11.05.2010 à 16 h 14

Depuis des années, les chercheurs travaillant sur le VIH en sont convaincus: pour parvenir à fabriquer un vaccin contre le virus, il faut comprendre le mystérieux mécanisme de défense qui permet à ceux qu'on appelle les «contrôleurs du VIH» de bloquer naturellement la progression du virus dans leur sang, en l'absence de tout traitement.

Et cette recherche avance lentement mais sûrement, annonce une équipe de chercheurs américains menée par le Professeur Arup Chakraborty du MIT et le professeur Bruce Walker d' Harvard.

Pour leur étude, publiée sur le site de Nature, les chercheurs sont partis de deux constats. Le premier étant que ces «contrôleurs du VIH» - appelés «elite controllers» et qui représentent 1 personne sur 200 exposées au VIH -  portent souvent un gêne spécifique, le HLA B57, comme on l'a découvert à la fin des années 90. Le second constat était que les personnes porteuses de ce gêne ont plus de risques de développer des maladies auto-immunes, dans lesquelles le système immunitaire produit une réponse nocive contre les protéines du corps.

En 2007 une équipe française a également montré que les «elite controllers» fabriquent des lymphocytes T8, capables de tuer les lymphocytes T4 infectés (les lymphocytes T sont une catégorie de globules blancs jouant un grand rôle dans la réponse immunitaire secondaire).

La nouvelle étude a en fait découvert un lien entre le port de ce gêne chez les «elite controllers» et leur capacité de fabriquer ces lymphocytes T plus puissants que la normale pour combattre les cellules infectées par le VIH. Ils sont génétiquement prédisposés à fabriquer un large nombre de ces lymphocytes.

Cette découverte devrait grandement participer à l' effort international pour fabriquer un vaccin efficace, même si un tel vaccin ne verra pas le jour «avant au moins une décennie», précise l'équipe du MIT et Harvard à BBC News.

L'idée étant de développer un vaccin qui provoque la même réponse au VIH que les individus disposant de cette «immunité naturelle». D'après le professeur Arup Chakraborty :

C'est une nouvelle pièce du puzzle de ce que nous voulons faire faire au vaccin

[Lire les articles sur bbc.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Journée mondiale du sida, le 1er décembre 2006, à Edimbourg. REUTERS/David Moir

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
médecinerecherchesidavaccinLiens
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte