Monde

Obama déclare-t-il la guerre à la technologie?

Temps de lecture : 2 min

Dans un discours prononcé dimanche 9 mai devant les étudiants de l'Université de Hampton, en Virginie, Barack Obama a évoqué sa circonspection vis-à-vis de certains gadgets high-tech, en mettant en doute leur intérêt pour la démocratie. Selon le New York Post, le président américain aurait même «déclaré la guerre à la technologie». Pour justifier ce titre ronflant monté en Une, le tabloïd de Rupert Murdoch isole quelques citations du «mordu de Blackberry»:

Avec les iPod, les iPad, les Xbox ou les PlayStation - je ne sais pas me servir de ces outils - l'information devient une distraction, une diversion, une forme de divertissement plus qu'un outil de capacitation ou un moyen d'émancipation.

Dans la foulée, le locataire de la Maison-Blanche s'en est pris aux réseaux sociaux et aux blogs, coupables à ses yeux «d'offrir des leviers aux allégations les plus folles». Il a toutefois reconnu que ces évolutions étaient inévitables et que les jeunes générations, les fameux «digital natives», seraient les plus prompts à s'en accommoder. Pour le New York Post, jamais le dernier quand il s'agit de viser Obama, ces déclarations sont une preuve de l'hypocrisie du président, lui qui a été élu «en partie grâce à sa maîtrise des nouveaux médias, de Twitter à Flickr».

Pris en tenaille sur un sujet devenu omniprésent dans le débat public, Barack Obama trouve des défenseurs sur le site TechPresident, qui estime que le journal new-yorkais a tronqué ses propos. Il aurait notamment cité Thomas Jefferson, en affirmant que «l'expérience américaine a besoin de citoyens informés pour fonctionner».

D'après TechPresident, le problème résiderait plus dans les maladresses d'élocution d'Obama ou dans les approximations de la stratégie web de ses équipes que dans le fond de sa pensée. «Alors qu'il soulève des questions importantes sur la façon dont notre société hyperconnectée peut mettre à mal la démocratie, il semble ne pas comprendre comment une sphère publique organisée en réseau peut agréger ses idées pour améliorer la démocratie», peut-on lire.

[Lire l'article du New York Post ici, et celui de TechPresident ]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo: Barack Obama lors d'un discours Jason Reed / Reuters

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 22 au 28 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 22 au 28 janvier 2022

Marée noire au Pérou, menace d'attaque russe en Ukraine et coup d'État au Mali... La semaine du 22 au 28 janvier en images.

La semaine imaginaire de Boris Johnson

La semaine imaginaire de Boris Johnson

Je suis au regret de vous annoncer que quelqu'un a shité dans le ventilo. Je veux dire par là que le monde entier est au courant de nos soirées et qu'en plus, les poulets vont mener l'enquête pour en savoir plus.

Le Français Benjamin Brière, nouvelle victime de la diplomatie des otages de l'Iran

Le Français Benjamin Brière, nouvelle victime de la diplomatie des otages de l'Iran

Accusé d'espionnage et de propagande, le touriste a été condamné à huit ans et huit mois de prison après un an et demi passé dans les geôles iraniennes. En pleines négociations sur le nucléaire, l'Iran accentue sa pression sur les pays occidentaux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio