Économie

Jacques Attali: L'Europe rase gratis

Temps de lecture : 2 min

La dette se creuse et la façon de la financer devient de plus en plus virtuelle

Pour avoir, depuis des mois, appelé à la mise en place d'une Agence européenne du Trésor, capable d'émettre des bons du Trésor européens, je ne peux que me réjouir de la formidable avancée que représente la décision de Bruxelles. L'Europe, et c'est heureux, a choisi de sortir par le haut. Les technocrates ont rempli leur vraie mission, qui est de rendre possible ce que souhaitent les politiques.

En tout cas une partie de leur mission. Car ni les uns ni les autres n'ont rempli leur véritable devoir, qui est de sortir de l'engrenage de la dette.

Après avoir basculé, par le G20, de la dette privée à la dette publique, voici qu'on bascule, banque centrale après banque centrale, de la dette publique à la planche à billet. La BCE aura été la dernière à résister.

Certes, l'inflation n'est pas immédiate, mais la dette se creuse. Et la façon de la financer est de plus en plus virtuelle. Rien n'est dit en effet dans l'accord de Bruxelles sur la façon dont seront financés les 60 milliards d'euros pris dans le budget de la commission. Rien n'est dit non plus sur la façon dont les 400 autres milliards seront trouvés puisqu'il s'agit de contributions facultatives des pays membres; rien n'est dit encore sur la façon de contraindre les pays de l'Union européenne à réduire dès maintenant leur dette souveraine.

Rien n'est dit sur la maîtrise de la spéculation, qui va continuer à faire des profits pour compte propre avec l'argent des autres.

Pour l'instant, tout se passe comme si les Etats, résignés, acculés, se soumettaient chaque jour davantage aux marchés, en leur empruntant de plus en plus de cordes pour se faire pendre. Il est encore temps de l'éviter. Et, pour une fois, il ne faudrait pas attendre qu'il soit trop tard pour le décider.

L'Union européenne doit prendre immédiatement l'engagement de mettre œuvre un contrôle direct des dépenses de tout pays dont la dette dépasserait le seuil de 90% du PIB (Produit intérieur brut) et dont le service de la dette dépasserait 40% des revenus fiscaux. Si l'Union ne prend pas dès maintenant ces engagements, le FMI (Fonds monétaire international) interviendra et l'Union explosera, en raison de l'intervention des autres.

Cette menace de perte de souveraineté sera la meilleure façon de faire comprendre l'urgence d'un rétablissement des finances publiques. Pour éviter ces désastres, il faut agir très vite. Et massivement. Autrement dit, ce ne sont pas de plans de rigueur dont les pays de l'union ont besoin aujourd'hui, mais de plans-catastrophe.

Jacques Attali

LIRE EGALEMENT: Le déficit doit être détruit avant qu'il nous détruise, Quand la dette devient une question de société et Il faut renforcer l'intégration européenne.

Image de Une: Lingots d'or Reuters


Jacques Attali

Newsletters

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Un Japonais puni pour avoir commencé sa pause déjeuner trois minutes en avance

Une attitude «fort regrettable», a commenté sa direction.

Les pourboires aux États-Unis, un paradoxe économique

Les pourboires aux États-Unis, un paradoxe économique

Faut-il les conserver ou les supprimer?

Le télétravail, d'abord un défi culturel?

Le télétravail, d'abord un défi culturel?

Travailler depuis son domicile ou un espace de coworking: une pratique de plus en plus répandue. Pour les salariés et les salariées, c'est une solution pour réduire le temps perdu en trajets et profiter, souvent un jour par semaine, du confort du...

Newsletters