Santé

Du jus d'orange pour falsifier les tests Covid: l'astuce des élèves pour sécher les cours

Temps de lecture : 2 min

L'acidité de certains aliments ou boissons permet de truquer les autotests.

Une boîte contenant sept tests Covid-19 à flux latéral, remis aux élèves en Angleterre, le 8 mars 2021. | Oli Scarff / AFP
Une boîte contenant sept tests Covid-19 à flux latéral, remis aux élèves en Angleterre, le 8 mars 2021. | Oli Scarff / AFP

C'est une leçon de chimie qui fait le bonheur des cancres: en appliquant du jus d'orange sur un test Covid de flux latéral, on peut obtenir un faux résultat «positif»… Et deux semaines d'absence à l'école, le temps de purger une quatorzaine frauduleuse.

Cela n'est certainement pas dû au fait que le jus contiendrait le virus, mais tout simplement à son acidité, qui a pour effet de fausser le test. D'autres aliments et boissons, comme le ketchup et le Coca-Cola, seraient susceptibles de provoquer le même effet dans certaines conditions.

En Grande-Bretagne, plusieurs élèves ont montré le tour de passe-passe à leurs professeurs, qui s'inquiètent d'une utilisation buissonnière de ces rudiments de chimie. Sur TikTok, des vidéos de tests de ce type ont cumulé plus de 6,5 millions de vues, avec le hashtag #fakecovidtest.

À l'isolement

Si l'entourloupe peut paraître amusante, le corps enseignant met en garde contre les implications et conséquences bien plus lourdes qui peuvent en résulter. Jon Deeks, professeur de biostatistique à l'université de Birmingham, se montre très critique envers cette pratique: «les faux positifs n'affectent pas seulement l'enfant concerné, mais aussi sa famille et sa bulle à l'école, c'est donc une pratique assez égoïste. Il existe des moyens moins dangereux de simuler un jour de congé scolaire», a-t-il déclaré.

En cas de résultat positif à un test Covid, tous les membres d'un foyer sont censés s'auto-isoler immédiatement, et certaines classes peuvent être fermées. Toutefois, la perturbation peut être de courte durée, dans la mesure où toute personne ayant effectué un test immunologique chromatographique à flux latéral qui se révèle positif doit ensuite passer un test PCR, plus précis, afin de confirmer –ou non– l'infection.

Andrea Sella, de l'University College de Londres, précise d'ailleurs que ce type de tests détournés via un aliment acide ne sont pas à proprement parler des «faux positifs», car «les faux positifs sont ceux qui se produisent malgré le respect du protocole».

Une façon de repérer un test positif truqué de cette façon est de le laver avec une solution tampon, ce qui permet de rétablir le pH correct de l'appareil.

Selon Geoff Barton, secrétaire général de l'Association of School and College Leaders, il ne faut toutefois pas craindre outre mesure une utilisation abusive de ces autotests, qui demeure très minoritaire parmi les élèves britanniques.

Newsletters

Une épidémie de vomis incontrôlables touche les fumeurs de cannabis aux États-Unis

Une épidémie de vomis incontrôlables touche les fumeurs de cannabis aux États-Unis

La légalisation de la marijuana pourrait avoir accentué le phénomène.

La population la plus grande du monde semble rapetisser, et on sait pourquoi

La population la plus grande du monde semble rapetisser, et on sait pourquoi

La nouvelle génération de Néerlandais n'est pas aussi grande que les précédentes.

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

N'est-ce pas céder à une certaine facilité que de comparer les réfractaires à la vaccination à des gamins qui refuseraient leur assiette de brocolis alors que des enfants de leur âge meurent de faim dans d'autres pays ou d'autres familles?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio