Santé / Monde

Trump a été beaucoup plus malade du Covid que ce qu'il a laissé croire

Temps de lecture : 5 min

Lorsqu'on découvre ce qu'il a fallu pour le garder en vie, (re)voir ce qu'il a déclaré en public a de quoi susciter la consternation: en mentant sur la gravité de son état, le président des États-Unis a causé la mort de nombreux Américains.

Donald Trump se dirige vers l'hélicoptère qui doit le conduire au Walter Reed Medical Center, le 2 octobre 2020 sur la pelouse de la Maison-Blanche. | Saul Loeb / AFP
Donald Trump se dirige vers l'hélicoptère qui doit le conduire au Walter Reed Medical Center, le 2 octobre 2020 sur la pelouse de la Maison-Blanche. | Saul Loeb / AFP

Jour après jour, nous en apprenons un peu plus sur les manigances et les mensonges de Trump pendant la pandémie de Covid-19. Dans les bonnes feuilles d'un livre paru le 29 juin aux États-Unis et intitulé Nightmare Scenario: Inside the Trump Administration's Response to the Pandemic That Changed History [Scénario de cauchemar: les coulisses de la réponse de l'administration Trump à la pandémie qui a changé l'histoire], nous avons découvert que Trump avait proposé d'envoyer les Américains malades en quarantaine à Guantánamo Bay (Cuba), afin qu'ils ne viennent pas grossir les chiffres des contaminations américaines.

Puis nous avons appris un autre secret, toujours extrait du même livre, cette fois au sujet de la contamination de Trump lui-même à l'automne 2020: le président américain a menti sur la gravité de sa maladie, s'est moqué des précautions visant à éviter la contagion et a recommandé à ses concitoyens de ne pas s'inquiéter du virus, contribuant ainsi à accélérer la pire vague de la pandémie.

Trump prétend être tombé malade parce que c'était inévitable. En réalité, il a attrapé ce virus parce qu'il a saboté les concepts de port du masque et de distanciation physique, mettant tout son entourage en danger au passage. Il ne s'est pas contenté d'organiser de grands meetings de campagne; il a aussi demandé à ses conseillers d'enlever leurs masques lorsqu'ils étaient à la Maison-Blanche.

Yasmeen Abutaleb et Damian Paletta, auteurs du livre et journalistes au Washington Post, racontent que Trump s'est expressément opposé au port du masque pendant ses apparitions sur scène: «Quand quelqu'un devait faire une conférence de presse avec lui, il disait clairement que cette personne ne devait pas porter de masque à ses côtés.» Dans ces situations, la consigne de non-port de masque n'a pas aidé Trump à entendre ou à voir les personnes qui lui parlaient. Elle a seulement servi à signaler au public que les masques n'étaient pas nécessaires ou qu'il les désapprouvait.

Ses conseillers ont craint pour sa vie

Le 29 septembre, peu de temps avant qu'il ne soit officiellement testé positif, Trump s'est rendu à Cleveland pour un débat avec Joe Biden. Certaines présomptions permettent d'avancer qu'il se doutait alors, ou aurait dû se douter, qu'il était probablement déjà contaminé. Le livre révèle une citation compromettante. Après avoir rencontré des familles de militaires à la Maison-Blanche le 27 septembre, Trump a confié à son équipe: «Si ces gens avaient le Covid, je vais l'avoir parce qu'ils m'ont collé.» Cette remarque, associée à ses symptômes de plus en plus nombreux, laisse entendre qu'il a sciemment mis Joe Biden et d'autres en danger lors du débat.

Trump a été sauvé par des mesures qu'aucune personne normale ne se verrait jamais proposer.

Une fois que le test de Trump s'est avéré positif, il n'a plus été possible de dissimuler qu'il était infecté. Mais il pouvait encore cacher la gravité de son état, et c'est exactement ce qu'il a fait. Les auteurs racontent qu'il n'a accepté de se rendre au Walter Reed Medical Center que lorsque ses conseillers lui ont donné le choix suivant: soit il y allait en marchant tout seul jusqu'à son hélicoptère, soit il devrait sans doute y être amené en fauteuil roulant plus tard, auquel cas «il serait impossible de dissimuler son état». Trump était déjà sous traitement à la Maison-Blanche, donc sa réticence à se rendre à l'hôpital n'était pas un problème de courage. C'était une question d'orgueil et de supercherie. C'est la raison pour laquelle ses conseillers lui ont présenté les choses sous cet angle.

Trump a été beaucoup plus gravement malade que lui ou la Maison-Blanche ont bien voulu le reconnaître. La saturation en oxygène dans le sang est normalement comprise entre 95 et 100%. Or, à en croire le livre, le niveau de Trump est descendu à 80 et quelques. Ses conseillers ont craint pour sa vie et les médecins lui ont administré une flopée de traitements expérimentaux qui avaient rarement été associés jusque-là. Il a été sauvé par des mesures qu'aucune personne normale ne se verrait jamais proposer: des médicaments d'avant-garde très rares, une surveillance ainsi que des conseils prodigués par les meilleurs médecins du pays, et un appel téléphonique direct à la FDA afin d'obtenir l'autorisation pour une toute nouvelle thérapie.

«Une fois que vous l'avez, après ça va mieux»

Rien de surprenant que le président des États-Unis ait été l'objet de soins extraordinaires. Mais lorsqu'on lit les détails de ce qu'il a fallu pour le garder en vie, se repasser ce qu'il a déclaré en public par la suite a de quoi susciter une certaine consternation. En revenant de Walter Reed –alors qu'il était «probablement toujours contagieux», soulignent les auteurs– il a ôté son masque d'un air de défi devant les caméras et «il est entré à grands pas dans la Maison-Blanche en passant devant le personnel», l'exposant ainsi potentiellement au virus. Ensuite, il a enregistré une vidéo dans laquelle il expliquait aux Américains que sa guérison prouvait qu'ils n'avaient pas de raison de craindre le virus. «N'ayez pas peur de lui. Vous allez le battre, les y assurait-il. Nous avons les meilleurs traitements... Sortez de chez vous.»

Trois jours plus tard, Trump a donné sa première interview depuis sa maladie. Il a déclaré se sentir «parfaitement bien» et avoir l'intention de reprendre très vite ses meetings de campagne. La leçon à tirer de sa contamination, a-t-il expliqué aux téléspectateurs de Fox News, était qu'il ne servait à rien de prendre des précautions –étant donné que même le président avait été infecté– et qu'il n'y avait pas de quoi se faire du souci à cause du virus. «Peu importe le niveau de sécurité, vous ne pourrez pas vous protéger de ce truc, a-t-il conclu, à moins que vous ne sortiez littéralement pas de chez vous.»

D'ailleurs, il a même avancé que ceux qui restaient chez eux au lieu de se rassembler avec d'autres personnes étaient tout aussi susceptibles, voire plus, de tomber malades, et souligné que certains politiciens qui portaient des masques avaient quand même été contaminés. «Vous attrapez ce truc» a-t-il soutenu, mais «une fois que vous l'avez, après ça va mieux. Et ensuite vous êtes immunisé.» Et en ce qui concerne les traitements salvateurs qu'il a reçus, Trump a gloussé: «Je pense que je m'en serais très bien tiré sans médicaments.»

En tant que résident de la Maison-Blanche, Trump a mis en danger tout son entourage. En tant que président, il s'est ingéré dans tous les aspects de la gestion de la pandémie par le gouvernement et a participé à alimenter un bilan qui avait dépassé les 200.000 morts lorsque le virus l'a rattrapé. Malgré cela, les États-Unis –leurs meilleurs médecins et leurs meilleurs traitements– lui ont sauvé la vie. En retour, il a montré sa gratitude non pas en préconisant aux Américains de tirer des leçons de ses erreurs, mais en les encourageant à imiter son imprudence. Depuis, la maladie a fait 400.000 victimes supplémentaires.

Newsletters

Une épidémie de vomis incontrôlables touche les fumeurs de cannabis aux États-Unis

Une épidémie de vomis incontrôlables touche les fumeurs de cannabis aux États-Unis

La légalisation de la marijuana pourrait avoir accentué le phénomène.

La population la plus grande du monde semble rapetisser, et on sait pourquoi

La population la plus grande du monde semble rapetisser, et on sait pourquoi

La nouvelle génération de Néerlandais n'est pas aussi grande que les précédentes.

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

N'est-ce pas céder à une certaine facilité que de comparer les réfractaires à la vaccination à des gamins qui refuseraient leur assiette de brocolis alors que des enfants de leur âge meurent de faim dans d'autres pays ou d'autres familles?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio