Société

Les centres de vaccination, des Tinder à ciel ouvert

Temps de lecture : 2 min

Dans le monde entier, des célibataires se rencontrent à cette occasion.

«J'en ai presque regretté de ne pas porter quelque chose de plus beau qu'un débardeur de gym troué», confie un candidat à la vaccination. | Hello I'm Nik via Unsplash
«J'en ai presque regretté de ne pas porter quelque chose de plus beau qu'un débardeur de gym troué», confie un candidat à la vaccination. | Hello I'm Nik via Unsplash

La semaine dernière, Jeon Byunghoon, un instituteur sud-coréen approchant la quarantaine, a participé à la campagne de vaccination dédiée aux enseignants du pays. Ce qu'il n'avait pas prévu quand il s'y est rendu, c'est qu'il allait rencontrer une professeure avec laquelle il s'est trouvé «beaucoup de points communs». «Nous faisions tous la queue en silence et je me suis dit que j'allais bien finir par parler à quelqu'un, sachant que nous exercions tous le même métier. Elle avait les cheveux bruns et de beaux yeux. Quand on a commencé à parler, je me suis aperçu qu'on était allés à la même université et qu'on avait des amis en commun», se remémore Jeon pour Insider. Après avoir reçu chacun leur injection, les deux trentenaires ont bu un café ensemble et sont restés en contact via la messagerie KakaoTalk.

Des accords avec des sites de rencontres

«Je ne dis pas que c'est l'amour de ma vie, mais depuis on s'est revus deux fois.» Jeon est un de ces célibataires qui ont trouvé l'amour dans ce lieu improbable qu'est un centre de vaccination. Tandis que les pays intensifient leur campagne à destination des plus jeunes, les queues autour de ces centres ressemblent de plus en plus à une traque aux rendez-vous galants. Les célibataires, qui sortent de longs mois de confinement, sont aussi impatients de faire de nouvelles rencontres que de se faire vacciner.

Aux États-Unis, les campagnes de vaccination ont même été relancées lorsque les autorités ont trouvé le moyen de rendre les doses plus attirantes, grâce à des accords avec certains sites de rencontres. La Maison-Blanche a annoncé en mai que les applications comme Bumble, Tinder et OkCupid allaient autoriser leurs utilisateurs à filtrer leurs matchs en fonction de leur statut vaccinal. Quant au journal britannique The Face, il a affirmé qu'au Royaume-Uni de plus en plus de célibataires sortant d'une grande période de solitude étaient à l'affût de la moindre rencontre à faire devant les centres de vaccination. «C'est marrant d'être là, à regarder tous ces autres jeunes faire la queue pour leur vacccin. Si tu matches avec eux sur Tinder, c'est un début de conversation garanti!», se réjouit Orla, une étudiante de 22 ans.

À Singapour, où le gouvernement distribue actuellement des doses de vaccins contre le Covid aux jeunes, certains parmi ces derniers ont également eu de la chance dans la file d'attente. Darren Yeoh, 31 ans, qui travaille dans la recherche biochimique, a raconté à Insider qu'il s'était présenté dans un centre local pour son injection et avait discuté avec une «fille mignonne» à qui il avait ensuite proposé de sortir une fois leurs injections effectées. «La conversation a commencé lorsqu'elle m'a demandé si j'étais "nerveux" de me faire vacciner et pourquoi j'avais choisi Pfizer plutôt que Moderna, a précisé Yeoh. J'en ai presque regretté de ne pas porter quelque chose de plus beau qu'un débardeur de gym troué pour mon rendez-vous au centre de vaccination! Donc un tuyau avant la date de votre prochaine injection: ne sous-estimez pas votre tenue.»

Newsletters

Jouer collectif

Jouer collectif

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Peut-on manger du porc vegan quand on est musulman?

Ça a l'air tellement bon.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio