Égalités

L'apparition tardive des bagages à roulettes, une question de sexisme

Temps de lecture : 2 min

Dans ce monde régi par les hommes, l'invention a longtemps semblé aberrante.

Tomáš Gal via Unsplash
Tomáš Gal via Unsplash

Après Le Dîner d'Adam Smith, paru en 2012 et traduit en français en 2019, l'essayiste suédoise Katrine Marçal vient de publier Mother of Invention: How Good Ideas Get Ignored in an Economy Built for Men, dans lequel elle explique comment certaines inventions ont tout simplement été mises au rebut parce qu'elles ne collaient pas avec notre monde trop souvent pensé par et pour les hommes.

Le site Jezebel s'attarde sur l'une des histoires racontées par l'autrice: celle de la valise à roulettes, officiellement lancée en 1972... mais qui aurait en fait pu l'être des décennies plus tôt. Marçal raconte en effet que dès les années 1940, les voyageuses régulières avaient pris l'habitude de placer sous leurs valises de petits gadgets permettant de faire rouler le bagage. Un gage de rapidité et d'indépendance.

Seulement voilà: le monde des hommes avait visiblement décidé que ce gain de liberté n'augurait rien de bon. Katrine Marçal décrit par exemple le contenu d'une lettre envoyée par une femme britannique à son journal local en 1967. Celle-ci y raconte avoir été forcée par un chauffeur de bus à prendre un ticket supplémentaire pour sa valise à roulettes, au motif que tout objet sur roues devait être considéré comme une poussette...

Ni pour hommes, ni pour femmes

La valise à roulettes rendait les femmes trop libres... et les hommes pas assez virils. Une fois démocratisée la commercialisation de ce genre d'article, Katrine Marçal explique qu'il a fallu une quinzaine d'années avant que les hommes commencent à en acquérir, pour eux-mêmes comme pour leurs épouses. Auparavant, ce genre de bagage était considéré comme insuffisamment masculin... et puisque l'idée qu'une femme puisse voyager seule semblait totalement aberrante, il y avait donc toujours un petit mari pour porter la valise de sa femme. Dans ce cas, pourquoi s'embêter avec des roulettes.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le nombre de voyageuses indépendantes (auxquelles Lucie Azéma consacré un livre formidable) ayant fini par augmenter, la valise à roulettes s'est finalement démocratisée dans les années 1980, conclut Jezebel. Auparavant, des millions de voyageuses et de voyageurs auront eu le dos réduit en compote au nom des stéréotypes de genre.

Newsletters

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio