Sciences

Comment les astronautes peuvent-ils laver leurs slips dans l'espace?

Temps de lecture : 2 min

La NASA cherche une solution pour leur permettre de faire des lessives.

La NASA s'est associée à la multinationale Procter & Gamble (P&G), spécialisée dans les biens de consommation courante. | engin akyurt via Unsplash
La NASA s'est associée à la multinationale Procter & Gamble (P&G), spécialisée dans les biens de consommation courante. | engin akyurt via Unsplash

Lors de leur long séjour dans l'espace, les astronautes ne ménagent pas leurs efforts. Tous les jours, ils doivent notamment effectuer des exercices physiques qui leur permettent de conserver leur tonus musculaire. Mais comme pour tout être humain, qui dit faire du sport dit aussi transpirer. Ce phénomène naturel, qui n'échappe donc pas aux pensionnaires de la Station spatiale internationale (ISS), pose un problème de taille si loin de la Terre: comment faire ses lessives dans l'espace?

La réponse est simple et tient en une phrase: les astronautes n'en font pas. De véritables crados? Voilà qui vient casser quelque peu le mythe. Pas si vite! Les membres de l'ISS changent bel et bien de sous-vêtements et d'habits quand ils sont sales ou que l'odeur est trop forte. Cependant, ils ne les enfournent pas dans une machine à laver avec une bonne dose d'assouplissant. Non, ils les jettent, tout simplement.

Le linge sale plein de sueur est en fait déposé dans les poubelles de la station spatiale, qui sont des cargos ravitailleurs ayant achevé leur mission. Une fois remplie, la poubelle est détachée de l'ISS et finit brûlée au contact de l'atmosphère terrestre. Ni vu, ni connu.

Qu'est-ce qui bloque l'installation d'un bon vieux lave-linge à plus de 400 kilomètres de la Terre? Les contraintes sont multiples, expose Sciences et Avenir. Tout d'abord, une lessive requiert de grandes quantités d'eau, une denrée précieuse dans l'espace. Sans compter la place importante que prendrait une telle machine, là où chaque centimètre carré a son importance. «Ce serait également une véritable usine à gaz», explique Jean-François Clervoy, auteur de trois missions spatiales avec la NASA.

Du détergent à la rescousse

La gestion du linge sale pose un vrai problème. Pour les astronautes d'abord, qui ont besoin d'environ 68 kilos de vêtements propres par an dans l'espace, mais aussi et surtout pour la NASA, dont les ambitions ne peuvent être freinées par une question de slips et de culottes malodorants.

Chaque recoin d'une fusée est précieux et le stockage de tous ces vêtements de rechange ne permet pas d'optimiser les espaces. Une question d'autant plus cruciale que, à l'instar des États-Unis et de leur agence spatiale, de nombreux pays souhaiteraient installer des bases sur la Lune et Mars. Pour réaliser ces ambitieux projets, il faudra sûrement régler cette histoire de lessive.

La NASA a donc décidé de prendre les choses en main, rapporte ABC News. Elle s'est associée à Procter & Gamble (P&G), une multinationale américaine spécialisée dans les biens de consommation courante, pour trouver le moyen de laver et réutiliser les vêtements des astronautes en mission.

La première étape sera l'envoi prochainement de détergents Tide spécialement conçus pour l'espace en direction de la station, ajoute le média américain. L'objectif est de voir comment se comporte le produit durant six mois en apesanteur. Par la suite, des stylos détachants et des lingettes devraient suivre.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Dans le même temps, P&G ne désespère pas de mettre au point la première machine à laver de l'espace. Pour cela, les ingénieurs planchent sur un appareil utilisant de très faibles quantités de détergent et d'eau. Cette dernière devra également pouvoir être récupérée pour cuisiner ou directement consommée.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

[L'Explication #60] Elles ont une fâcheuse tendance à faire du lèche-vitrine.

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Une nouvelle étude de neurosciences montre des corrélations entre notre position sociale et le volume relatif de matière grise qu'on possède.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio