Sciences

L'effondrement des écosystèmes océaniques ravagera l'humanité d'ici vingt-cinq ans

Temps de lecture : 2 min

Des scientifiques affirment que l'acidification des océans pourrait avoir des conséquences dramatiques sur notre approvisionnement alimentaire.

La disparition des planctons pourrait affecter l'alimentation de trois milliards d'êtres humains. | Nath Buddy via Pexels
La disparition des planctons pourrait affecter l'alimentation de trois milliards d'êtres humains. | Nath Buddy via Pexels

Presque la moitié de la population mondiale n'aurait plus de quoi se nourrir. Ce scénario, catastrophique et impensable pour ceux qui ne voient pas les effets du dérèglement climatique au quotidien, vient pourtant d'être sérieusement envisagé par deux scientifiques, rapporte Futurism.

Avec la constante hausse de l'acidité de nos océans due aux émissions de gaz à effet de serre, l'ensemble des chaînes alimentaires pourrait être affecté et l'humanité serait amenée à connaître de véritables désastres dans les décennies à venir. Dans leur étude, le chercheur et la chercheuse de l'Université d'Édimbourg précisent que la moindre hausse d'acidité peut causer de profonds changements au sein des écosystèmes océaniques, changements qui impacteraient évidemment la vie humaine sur Terre.

Appauvrissement de la faune sous-marine

Leurs arguments principaux résident dans le fait qu'une eau plus acide détruit notamment les organismes des planctons, les composants dont ils ont besoin pour vivre ainsi que ceux des récifs coralliens. Si certaines espèces pourraient survivre à ces conditions difficiles, elles seraient cependant incapables de fournir les bases de la chaîne alimentaire océanique, ce qui causerait la disparition d'une grande partie de notre approvisionnement alimentaire. D'après les scientifiques, l'alimentation d'environ trois milliards d'êtres humains serait en jeu.

Bien que la réalité du changement climatique ne soit plus à prouver, toutes les données de cette étude sont à analyser avec précaution. Les auteurs font en effet plusieurs constats qui ne font pas nécessairement l'unanimité auprès de la communauté scientifique.

Toutefois, l'avertissement sur le futur de notre planète lancé par ces travaux de recherche mérite d'être pris au sérieux. Sachant combien il est difficile de surveiller les microbes océaniques sur lesquels la planète repose, les scientifiques rappellent qu'il est plus qu'urgent de changer nos façons de vivre si l'on veut que les générations futures aient les mêmes possibilités que nous.

Newsletters

Notre eau du robinet est excellente et nous n'en profitons pas assez

Notre eau du robinet est excellente et nous n'en profitons pas assez

De traitements en contrôles, tout est mis en place de façon à la rendre aussi irréprochable que possible.

Nous avons la tête de notre prénom: faites le test!

Nous avons la tête de notre prénom: faites le test!

En 2017, une première étude avait déterminé que notre visage était socialement marqué par notre prénom. Des chercheuses ont souhaité pousser leurs recherches plus loin avec une nouvelle étape: des portraits-robots.

Pourquoi avons-nous des grains de beauté?

Pourquoi avons-nous des grains de beauté?

[L'Explication #71] Ces taches, qui font ressembler certaines peaux à un cookie aux pépites de chocolat, sont de vraies anarchistes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio