Sciences

L'énergie solaire retenue par la Terre a doublé en quinze ans

Temps de lecture : 2 min

Un phénomène qui favorise le changement climatique et la hausse de la température des océans.

La neige et la glace réfléchissent naturellement les radiations solaires et participent donc à l'équilibre du climat. | Richard Burlton via Unsplash
La neige et la glace réfléchissent naturellement les radiations solaires et participent donc à l'équilibre du climat. | Richard Burlton via Unsplash

Nouvelle menace pour la planète: la Terre retient deux fois plus la chaleur aujourd'hui qu'il y a quinze ans. C'est ce que révèle un nouveau rapport alarmant de la NASA et de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique. L'étude, publiée cette semaine dans le journal Geophysical Research Letters, a montré que le déséquilibre énergétique de la Terre avait doublé entre 2005 et 2019. Il s'agit de la différence entre la quantité d'énergie solaire absorbée par la Terre et la partie de cette énergie que notre planète rejette ensuite dans l'espace. Ce résultat est «frappant», ont écrit les scientifiques.

L'équilibre subtil entre l'énergie absorbée et celle rejetée détermine le climat de la Terre. Pour les chercheurs, cette quantité d'énergie supplémentaire a déjà des conséquences considérables. «Ça va favoriser la hausse des températures et la fonte des neiges et de la banquise, ce qui entraîne une hausse du niveau de la mer», a expliqué Norman Loeb, scientifique à la NASA et principal auteur de l'étude, à CNN.

Les océans, premières victimes du déséquilibre énergétique positif

En utilisant des données satellite, les scientifiques ont constaté que la Terre gagnait plus d'énergie qu'elle ne devrait. On parle alors de déséquilibre énergétique positif. Environ 90% de cet excès d'énergie finit dans les océans. Et quand la température de l'eau augmente, elle entraîne une acidification qui touche les poissons et toute la biodiversité marine. En comparant les données satellite avec des chiffres issus d'un réseau mondial de capteurs océaniques, les chercheurs ont observé la même tendance.

Ce déséquilibre énergétique positif serait causé en partie par l'activité humaine et les émissions de gaz à effet de serre, affirment les scientifiques. La neige et la glace, qui réfléchissent naturellement les radiations solaires, sont en train de fondre en raison du réchauffement climatique. «Nous allons être témoins de changements dans les conditions atmosphériques, ce qui implique des événements de plus en plus extrêmes comme les sécheresses», a précisé Norman Loeb.

Autre facteur: la Pacific Decadal Oscillation, un phénomène climatique de long terme dans le Pacifique, qui s'est maintenue dans une phase très chaude entre 2014 et 2020. Le nombre de nuages au-dessus de l'eau a donc diminué, conduisant l'océan à absorber davantage les radiations solaires. «C'est à la fois un changement d'origine humaine et des fluctuations des systèmes climatiques qui modifient la composition de l'atmosphère», résume l'auteur de l'étude.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Il décrit la période choisie par son équipe (2005-2019) comme un simple aperçu de l'impact climatique à venir, ajoutant que d'autres études et observations doivent être réalisées pour comprendre pleinement la tendance à long terme. «J'espère que le rythme qu'on observe dans ce déséquilibre énergétique va s'atténuer dans les prochaines décennies, conclut Norman Loeb. Sinon, nous observerons encore plus de changements climatiques inquiétants.»

Newsletters

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Une intelligence artificielle étudie l'association entre l'âge rétinien et la mortalité.

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

Une nouvelle étude montre que 60% des effets indésirables seraient dus à l'effet nocebo.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio