Sciences / Monde

Des détectives viennent de résoudre une affaire de 1956 grâce à l'ADN

Temps de lecture : 2 min

Des experts de la généalogie médico-légale ont réussi à identifier le responsable d'un double homicide commis il y a soixante-cinq ans.

La généalogie médico-légale est de plus en plus utilisée pour résoudre des affaires classées. | Natonal Cancer Institute via Unsplash
La généalogie médico-légale est de plus en plus utilisée pour résoudre des affaires classées. | Natonal Cancer Institute via Unsplash

C'est une avancée historique: l'une des plus anciennes enquêtes criminelles américaines a été résolue la semaine dernière, grâce à l'ADN et la généalogie médico-légale. En janvier 1956, à Great Falls (Montana), Lloyd Duane Bogle, aviateur originaire du Texas, et Patricia Kalitzke, lycéenne de 16 ans, ont été tués d'une balle dans la tête. La jeune fille avait également été violée. Le jeune couple a vu son histoire d'amour s'arrêter net et l'identité de leur meurtrier est restée inconnue pendant plus de soixante ans, jusqu'à la semaine dernière.

Ce n'est pas faute d'avoir essayé de résoudre ce double homicide: les enquêteurs ont d'abord suivi plusieurs pistes, mais aucune d'entre elles n'a abouti. L'affaire a fini par être classée. De nombreux détectives du bureau du shérif de Cascade County ont continué d'enquêter au fil des ans. Parmi eux, le sergent Jon Kadner, à qui l'affaire a été attribuée en 2012 –sa première affaire classée, a-t-il expliqué au micro de la radio publique américaine (NPR) «Ma première impression, c'était que la seule manière de résoudre cette affaire serait d'utiliser l'ADN», a déclaré le sergent.

Un échantillon d'ADN conservé pendant soixante-cinq ans

Pendant l'autopsie de la jeune fille en 1956, les légistes avaient effectué un prélèvement vaginal, qui a été conservé sur une lame microscopique, rapporte le Great Falls Tribune. L'échantillon avait déjà été analysé par un laboratoire en 2001, et les scientifiques avaient identifié du sperme qui n'appartenait pas à Lloyd Bogle, son petit-ami.

Sachant cela, le sergent Jon Kadner a fait appel à la généalogie médico-légale, de plus en plus utilisée pour résoudre des affaires classées, même celles datant de plusieurs décennies. Les généalogistes sont en effet capables d'utiliser des échantillons pour créer un profil ADN. Ces profils sont souvent liés à des parents éloignés du coupable. En cherchant dans les archives, les experts peuvent construire un arbre généalogique qui les mène directement au suspect, même s'il n'a jamais fourni d'ADN à une base de données.

Andrew Singer, du laboratoire Bode Technology, parle d'arbre généalogique inversé. «Nous allons à l'envers. On commence par un parent éloigné et on essaye de remonter vers l'échantillon inconnu.» Mieux l'échantillon a été conservé, plus le processus a des chances d'aboutir, précise-t-il.

Et ça a marché: l'ADN a conduit les enquêteurs à un homme nommé Kenneth Gould, qui vivait dans la région de Great Falls à l'époque des meurtres. «C'était formidable parce que, pour la première fois en soixante-cinq ans, nous avions enfin une piste, on avait une correspondance et un nom», a déclaré Kadner à la NPR.

Malheureusement, Kenneth Gould est mort en 2007 et son corps a été brûlé. La seule façon de prouver sa culpabilité était de tester l'ADN de sa famille. Les enquêteurs ont donc dû se rendre dans le Missouri, pour expliquer aux enfants du tueur présumé que leur père était désormais le suspect principal dans une affaire de double homicide et de viol. Ils ont accepté de les aider à résoudre définitivement l'affaire en donnant leur ADN. Le résultat fut sans appel: Kenneth Gould était bel et bien le coupable.

Jon Kadner a alors pu contacter les proches encore vivants des victimes pour leur annoncer la nouvelle. Une révélation un peu amère pour les familles: «Ils étaient contents, mais en même temps, ça leur a rappelé plein de mauvais souvenirs», explique le sergent. Le bureau du shérif songe désormais à créer une équipe spécialisée dans les affaires classées.

Newsletters

Le record de la température la plus froide a été atteint en laboratoire

Le record de la température la plus froide a été atteint en laboratoire

Les scientifiques ont fait chuter un gaz quantique d'une tour pour dépasser le zéro absolu.

Pourquoi ruminons-nous nos peurs à 3h du matin?

Pourquoi ruminons-nous nos peurs à 3h du matin?

Vous n'êtes pas seul à vous réveiller vers cette heure-là. Explications.

Voici à quoi ressembleraient nos villes englouties par la montée des eaux

Voici à quoi ressembleraient nos villes englouties par la montée des eaux

Des scientifiques ont réalisé des modélisations en suivant le scénario d'une augmentation des températures de 3°C, ce qui entraînerait une élévation considérable du niveau de la mer.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio