Culture

«Architecturalement vôtre»

Temps de lecture : 2 min

Hadopi, Intellectuels et Total au menu des commentaires de lundi.

Lorsque Jacques Attali écrit « la loi Hadopi ne protège pas la culture mais les revenus de quelques entreprise. La gratuite des échanges sur le Net ouvre de formidables opportunités », Uburoi lui répond « Monsieur Attali a un avis sur tout (…) ceci dit, là je l’approuve ».

Roger Nifle aussi est d’accord avec lui, « Vos analyses de 1978 avec la parution de Bruits m'avaient beaucoup frappées, celles de 2009 dans cet article sont remarquables de précision et de compréhension d'une mutation de civilisation à laquelle un grand nombre parmi nos élites restent aveugles ». Une belle idée la gratuité, alors, « je suppose que monsieur Attali acceptera de mettre gratuitement à disposition ses ouvrages» propose Blanc Cassis.

A propos d’intellectuel, suite de la saga de week-end qui vous fait réagir, Sarko et les intellos acte III. Selon Arthur, «Ce n'est pourtant pas prendre un grand risque que de pronostiquer que parmi ceux et celles qui postent des commentaires sur ce site, les "intellos" sont très largement sur-représentés». Ce à quoi El Gato répond «tout à fait d’accord» et s’empresse de soulever le débat sur la définition du mot «intellectuel», «c'est d'ailleurs pour cela que je faisais référence au mot et non au concept, qui visiblement excite certains lecteurs comme la cape rouge du toréador excite le taureau». Dom.Léger, lui commence à s’inquiéter; « quand (il lit) ou (entend) que l’on désigne les intellectuels sous le vocable méprisant d’intellos et (il) regrette que l’auteur de l’article se soit laissé aller à cette facilité en contradiction avec la teneur de son propos ».

Tandis que les uns débattent de la gratuité et que d’autres définissent l’intellectuel, Jen Sairien lui préfère poétiser le Grand Paris ; « Ces merveilleuses villes que l’on aime, tout en les détestant chaque matin, et chaque soir, quand le flot qui s’écoule sur le l’on ruban noir fini par s’arrêter pour devenir une masse stagnante et polluante. C’est un être organique, irrigué, alimenté, qui rugit de mille cris affrontant les intempéries, à travers le temps.., et le temps des hommes. La ville c’est tout ça et bien d’autres choses encore. Architecturalement vôtre ».

Paris polluée ? Sans doute. Question environnement, selon certains, la faute revient à Total. Furfande estime que « Total est un responsable majeur de la crise environnementale, qui a de plus été par ailleurs fautif dans son comportement concernant le transport de ses produits, causant des dommages environnementaux dans une recherche irresponsable de profit ».

Et pour terminer la journée, laissons-tenter par les alexandrins de Soliste, qui cette fois s'entretient en face à face avec Jean-François Copé;

Seigneur, quelle surprise, un monsieur U.M.P.
Je croyais que sur Slate, on n'en verrait jamais.
Des gens du côté droit, venant s'y exprimer.
Bienvenue, entrez donc, parlez nous, s'il vous plaît.

(...)

Votre rubrique a fait l'effet d'une sacrée bombe
Beaucoup de nos messages vous livrent nos aigreurs
Secouez ce Parlement qui file vers sa tombe.
Nous vous en serions grés ; Sieur Coppé, serviteur.

Avis aux commentateurs avisés, rejoignez-nous sur Slate.fr !

Newsletters

Deux films, deux road trips et un même objectif: obtenir un avortement aux États-Unis

Deux films, deux road trips et un même objectif: obtenir un avortement aux États-Unis

«Unpregnant» et «Never Rarely Sometimes Always» racontent la détermination de deux adolescentes contraintes de traverser le pays pour mettre un terme à leur grossesse. 

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

«La femme qui s'est enfuie», trois pas vers la perfection

Entièrement construit autour de personnages féminins, le nouveau film de Hong Sang-soo invente une nouvelle tonalité à son exploration délicate, parfois cruelle et souvent drôle, des mille brins d'émotion qui tissent l'existence quotidienne.

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Covid-19 et amours à distance: trois conseils pour bien gérer sa relation aux écrans

Un amour peut-il durer et se fortifier uniquement au travers d’un quotidien rythmé par le virtuel? C’est la question que pose, avec subtilité et émotion, A cœur battant, le film de la réalisatrice israélienne Keren Ben Rafael, qui sort le 30 septembre sur les écrans.

Newsletters