Santé

Le podcast «Anorexie, mon amie» nous plonge dans la spirale infernale de l'anorexie mentale

Temps de lecture : 2 min

Dans cette série documentaire en six volets, Mathilde, ancienne anorexique, raconte son parcours et les conséquences de ce trouble du comportement alimentaire sur sa vie.

Le témoignage de Mathilde éclaire de l'intérieur les mécanismes de l'anorexie mentale et questionne notre vision collective de cette maladie. | Diana Polekhina via Unsplash
Le témoignage de Mathilde éclaire de l'intérieur les mécanismes de l'anorexie mentale et questionne notre vision collective de cette maladie. | Diana Polekhina via Unsplash

Vous avez des podcasts à recommander? Vous voulez échanger et débattre avec d'autres passionnés? Rejoignez le Slate Podcast Club!

Trois cents calories par jour. C'est tout ce que Mathilde s'est autorisée à ingérer pendant plusieurs mois. Désormais guérie de ses troubles du comportement alimentaire, cette ancienne anorexique confie son histoire au micro de son amie, la journaliste Lola Bertet, dans une série documentaire poignante intitulée Anorexie, mon amie et produite par le média en ligne Frictions.

La lune de miel

L'année de ses 20 ans, Mathilde commence à ressentir un malaise grandissant. Elle ne supporte plus d'avoir des formes, de la poitrine, un corps sensuel bien loin de son idéal de féminité longiligne. Elle rêverait de ressembler à Jane Birkin ou à Françoise Hardy, d'avoir un corps de brindille, d'être «la Parisienne» un peu androgyne qu'elle admire. Mathilde veut être perçue comme intelligente, pas comme désirable. Sa solution: mincir.

Petit à petit, la jeune femme retire des éléments de son alimentation pour entamer son régime: d'abord les gâteaux, puis les sucreries en général. Suivent le pain, les laitages, l'alcool… Elle fond à vue d'œil, galvanisée par les encouragements de ses proches qui la complimentent sur son physique plus svelte. Dans son milieu bourgeois, il est de bon ton pour une femme d'être mince.

Rapidement, le régime tourne à l'obsession. Mathilde se met à compter les calories de tout ce qu'elle ingère et tâche de ne pas dépasser les 300 calories quotidiennes qu'elle s'est fixées arbitrairement –là où une personne adulte a besoin d'un apport de 1.500 à 2.000 calories par jour pour être en bonne santé. «La nourriture n'était plus quelque chose pour me nourrir, c'est devenu un jeu: avoir le moins de calories possible. Je passais ma journée à compter.» Au bout de cinq mois, elle a perdu quinze kilos mais ne parvient pas à s'arrêter.

La spirale infernale

Une poignée de céréales sans sucre, deux pommes mangées très lentement, une galette de riz soufflé dont chaque pétale est plongé dans le vinaigre, du soda light et des cornichons à volonté. Pendant des semaines –des mois, peut-être– voilà ce que mange Mathilde chaque jour. Elle compte les calories, les pas, les heures de sommeil, le nombre d'abdos qu'elle fait chaque jour. Elle tombe dans l'hyper contrôle. «C'était la première fois que je me sentais belle, capable, en contrôle et en puissance», explique-t-elle.

Obsédée par les valeurs nutritionnelles de ce qu'elle ingère, seuls ces quelques aliments trouvent grâce à ses yeux lors de ses longues et douloureuses visites au supermarché. Les restaurants et autres barbecues familiaux deviennent des sacerdoces. Elle cesse d'y aller. Tout ce qu'elle ne peut pas manger, elle le touche, le hume, l'écoute. Mathilde a faim, Mathilde a froid, mais Mathilde n'a qu'une peur: reprendre du poids. Elle fait 37 kilos pour 1,70 mètre.

Après huit mois de famine, elle entre à l'hôpital et se retrouve seule face à ses obsessions.

Un jour, elle réalise qu'elle n'a plus ses règles. C'est son endocrinologue qui prononce le mot en premier: «anorexie mentale». La soignante lui dit qu'elle est en danger de mort, qu'il faut l'hospitaliser. Sans trop comprendre, Mathilde accepte. Après huit mois de famine, elle entre à l'hôpital et se retrouve seule face à ses obsessions. Commence alors un long chemin vers la guérison, ponctué de périodes de rechute.

Mis en perspective par les commentaires de Claire Scodellaro, sociologue et démographe, et d'Alain Perroud, psychiatre et psychothérapeute, le témoignage de Mathilde éclaire de l'intérieur les mécanismes de l'anorexie mentale et questionne notre vision collective de cette maladie.

Malgré un réalisation un peu scolaire, Lola Bertet parvient à explorer l'intimité de son amie sans jamais tomber dans le voyeurisme. Sûrement est-ce la fraîcheur de Mathilde, revenue parmi les vivants après quatre années d'enfer, qui fait d'Anorexie, mon amie un récit positif et lumineux. Un récit qui pourrait aider les 230.000 personnes qui souffriraient d'anorexie en France. En majorité des jeunes femmes.

Newsletters

Une chambre mortuaire est bien plus qu'un lieu lugubre pour stocker des corps

Une chambre mortuaire est bien plus qu'un lieu lugubre pour stocker des corps

Le responsable de la chambre mortuaire du CHU de Rennes nous a ouvert les portes de cet endroit si spécial, le dernier où sont prodigués des soins avant les obsèques.

Le périnée, un atout largement sous-estimé pour atteindre l'orgasme

Le périnée, un atout largement sous-estimé pour atteindre l'orgasme

En plus des nombreuses vertus qu'elle offre, la maîtrise des muscles du plancher pelvien permet de faire grimper la jauge de plaisir sexuel. Tant pour les femmes que pour les hommes.

Pourquoi les femmes consultent plus facilement un psy que les hommes

Pourquoi les femmes consultent plus facilement un psy que les hommes

L'image d'un idéal masculin –fort, courageux, secret– condamne la gent masculine à un sentiment permanent de menace envers leur identité dans le cas où ils doivent se confier.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio