Santé

La maladie du légionnaire, nouvelle crainte des hôtels américains avant la réouverture

Temps de lecture : 2 min

Avec la fermeture de nombreux bâtiments pendant le confinement, des bactéries ont pu se développer dans l'eau stagnante.

La légionellose est due à la bactérie Legionella pneumophila, qui se développe dans l'eau stagnante. | CDC via Unsplash
La légionellose est due à la bactérie Legionella pneumophila, qui se développe dans l'eau stagnante. | CDC via Unsplash

Michael Hurtado a passé l'année à tirer des chasses d'eau. Toutes les semaines, des centaines de toilettes, des milliers de fois. «Chaque semaine, on passe dans toute la propriété et on tire les chasses d'eau de toutes les toilettes, on allume chaque robinet et chaque douche. On commence à l'extrémité de chaque étage et le temps qu'on revienne, on peut les éteindre», explique-t-il à USA Today. Cet ingénieur en chef à l'hôtel Ahern, près de Las Vegas, a été chargé d'entretenir les systèmes du bâtiment, pendant la fermeture de l'établissement liée à la pandémie. «Mon équipe y consacre facilement soixante heures par semaine, chaque semaine.»

L'objectif? Ne pas laisser l'eau stagner et protéger les bâtiments fermés des bactéries qui peuvent s'accumuler dans les kilomètres de tuyaux. L'une des bactéries les plus inquiétantes est la Legionella pneumophila, qui cause 95% des cas de maladie du légionnaire, ou légionellose, très rare mais potentiellement mortelle. Cette bactérie tue au moins 1.000 Américains par an, d'après le Centers for Disease Control and Prevention, qui a créé un guide à l'intention des établissements fermés pendant le confinement.

Possible résurgence des cas de légionellose

«Il est presque certain que nous risquons d'avoir davantage de cas de légionellose après le confinement», assure Michele Swanson, professeure de microbiologie à l'université du Michigan et membre de la National Academies of Sciences, qui a publié un rapport sur la Legionella en 2020. La bactérie est naturellement présente dans les étangs et les rivières, mais dès lors qu'elle se retrouve dans l'eau stagnante, tiède et non-chlorée, elle se multiplie est devient un vrai danger.

Ce sont exactement les conditions qui peuvent se produire dans la tuyauterie d'un bâtiment fermé au public. L'eau chaude refroidit à des températures propices à la prolifération de la Legionella. Le chlore du système de traitement des eaux ne résiste pas longtemps dans l'eau stagnante, précise Chris Nancrede, responsable d'une entreprise spécialisée dans le contrôle de la Legionella. «Sans nouvelle arrivée d'eau circulant dans le système d'eau chaude pour évacuer l'ancienne, la bactérie peut rapidement se développer.»

Les entreprises de gestion de l'eau affirment recevoir deux à trois fois plus d'appels que d'habitude maintenant que les hôtels, bâtiments d'entreprises, établissements de santé ou salles de sports se préparent à rouvrir. Les établissements de santé constituent la zone de risque la plus dangereuse puisque les populations qu'ils accueillent sont déjà vulnérables.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Mais pas d'inquiétude à avoir pour le grand public. Richard Miller, chercheur à l'université de Louisville, rappelle que la maladie n'est pas contagieuse et qu'il est impossible de la contracter en buvant de l'eau mais seulement en inhalant la bactérie. Les lieux les plus à risque sont les douches des hôtels. «Les gens viennent à Las Vegas pour s'amuser, pas pour tomber malade. On est là pour faire en sorte que ça n'arrive pas», a déclaré Keith Wright, directeur général de l'hôtel Ahern.

Newsletters

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Pourquoi certains gros fumeurs n'auront-ils jamais de cancer du poumon?

Selon une récente étude, la réponse à cette question pourrait bien se trouver dans l'ADN.

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Variole du singe: devons-nous craindre une nouvelle pandémie?

Différents scénarios sont envisageables, qu'il importe de tous prendre en compte dès maintenant.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio