Monde / Économie

Un naufrage au large du Sri Lanka provoque une catastrophe écologique et économique

Temps de lecture : 2 min

Des millions de palets de plastique se répandent sur les plages de l'île.

L’X-Press Pearl le 2 juin 2021 au large de Colombo, Sri Lanka. | Ishara S. Kodikara / AFP
L’X-Press Pearl le 2 juin 2021 au large de Colombo, Sri Lanka. | Ishara S. Kodikara / AFP

Le 20 mai 2021, un incendie s’est déclaré à bord du porte conteneur MV X-Press Pearl alors qu’il s’apprêtait à entrer dans le port de Colombo, la capitale du Sri Lanka. Après des efforts pour le contenir, l’équipage a été forcé d'évacuer le navire le 25 mai.

Alors que le porte-conteneur battant pavillon singapourien était remorqué dans des eaux plus profondes, le feu a continué de le ravager pendant deux semaines. D’après l’armateur X-Press Feeders, la poupe du navire a sombré au fond de l’océan, et le reste est désormais en train de couler.

La cargaison du porte-conteneurs de 186 mètres de long menace désormais les plages bordées de palmiers du Sri Lanka. L’X-Press Pearl contient en effet des produits chimiques dangereux dont 25 tonnes d’acide nitrique et 350 tonnes de carburant.

Heureusement, le carburant ne s'est pas encore répandu, évitant pour l’instant une marée noire. Si un tel écoulement débutait, tout est normalement mis en place pour atténuer la catastrophe. Une fuite d’acide pourrait être à l’origine de l’incendie et que le produit aurait pu brûler avant de se répandre dans l’océan.

Si ce n’est pas le cas, Asha de Vos, une biologiste connaisseuse du Sri Lanka interrogée par la radio NPR explique que «d’après ce que nous savons, versé dans la mer, il pourrait se dissoudre. Donc l’impact des produits chimiques serait localisé et à court terme».

Pêche et tourisme dans la tourmente

La partie de la cargaison qui inquiète le plus les observateurs est en fait une très grande quantité de petits palets de plastique, qui, eux, se sont largement répandus dans la mer et sur des kilomètres de côtes. Un coup dur pour le tourisme, ces plages paradisiaques étant l’une des attractions principales de l’île.

«Ces micro-plastiques flottants bougent très facilement au gré des courants du vent et des vagues, détaille de Vos, on en trouve tout le long de la côte ouest, de la côte sud, et ils remontent maintenant vers le nord […] Ils se glissent absolument partout».

Ces 78 tonnes de plastique sont ingérées par les espèces marines, avec des conséquences encore inconnues. Il est possible qu'elles étouffent les petits poissons. La pêche, une industrie très importante pour la région, est donc suspendue pour le moment.

L’armée Sri Lankaise sillonne les plages tous les jours afin de ramasser les millions de palets de plastique, mais la tâche est herculéenne. D’autant que le Sri Lanka étant en ce moment confiné, le gouvernement ne peut pas déployer de volontaires pour aider à débarrasser les plages de toutes ces billes de quelques millimètres.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 octobre 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 9 au 15 octobre 2021

Affrontements meurtiers à Beyrouth, élections législatives en Irak et éclosions de fleurs dans le désert d'Atacama... La semaine du du 9 au 15 octobre en images.

La ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande se sépare de son sorcier

La ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande se sépare de son sorcier

Le conseil municipal a mis un terme au contrat de Ian Brackenbury Channell après vingt-trois années de magie et de divertissement.

«Tourista», un podcast pour découvrir les merveilles (et les pépins) du voyage

«Tourista», un podcast pour découvrir les merveilles (et les pépins) du voyage

Tous les quinze jours, Maxime Musqua, Marie de Brauer et leurs invités nous emmènent à l'aventure, pour le meilleur et pour le pire.  

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio