Culture

Les pirates vont quand même au cinéma

Slate.fr, mis à jour le 07.05.2010 à 16 h 27

A la veille de l'inauguration du Festival de Cannes, une enquête sur les habitudes cinématographiques des Français devrait calmer les angoisses des professionnels du cinéma sur le téléchargement illégal. Oui, le piratage existe. Non, les Français n'ont pas déserté les salles de cinéma. C'est la conclusion d'une étude réalisée par Médiamétrie pour Contrechamps -l'observatoire lancé par Allociné.

On avait appris que le téléchargement illégal ne nuisait pas au monde la chanson: le cinéma n'aurait peut-être rien à lui envier. Plus de 75% des pirates de films assurent fréquenter autant les salles qu'avant qu'Internet ne rende, légalement ou illégalement, les films accessibles. Seuls 7% préfèrent leur petit écran d'ordinateur au grand: ils déclarent aller moins souvent au cinéma depuis qu'il existe l'alternative tentante du téléchargement. 17% disent y aller plus souvent: on n'y croit pas vraiment, mais ce serait en tout cas donner raison au réalisateur Ken Loach qui a choisi de partager gratuitement ses films en ligne, dans l'idée d'en profiter à terme.

«Le piratage des films impacte peu la fréquentation en salle», peut donc légitimement se réjouir Grégoire Lassalle, co-dirigeant d'Allociné, qui ne résiste pas à prendre l'exemple du block-buster de James Cameron:

Avatar piraté et regardé sur iPhone, c'est quand même pas pareil qu'en salle.

Et ces pirates, ils sont combien? Sur les 2.399 personnes de 15 ans et plus interviewées par Médiamétrie, 58% reconnaissent avoir déjà piraté un long métrage ou une série. Chez les 15-24 ans, la proportion monte à 84,2%.

D'après Jean-François Camilleri, président de la filiale française de The Walt Disney Company, qui présentait l'étude:

Entre 400.000 et 500.000 films sont piratés chaque jour en France.

Les pirates ont-ils pour autant peur du méchant gendarme Hadopi? Hado-quoi? Un peu moins de la moitié des sondés disent avoir entendu parler de la loi et l'avoir comprise. Et parmi eux, 78% pensent que les mesures adoptées sont inefficaces.

Enfin, on apprend que les pirates sont moins friands du dernier film indépendant encensé par les Cahiers du Cinéma que des «films américains à gros budget»: 71% les privilégient. 20% téléchargent des films actuellement à l'affiche au cinéma, 8% déclarent regarder des films pas encore sortis au cinéma.

Et pour le reste des conclusions (à lire sur La Tribune), les relations entre Français et cinéma sont au beau fixe: il faudrait même remonter à 1982 pour retrouver le chiffre de quelque 201 millions d'entrées atteint en 2009. 

[Lire l'article des Echos ici]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Eugene Zelenko, Wikimedia Commons

À LIRE SUR LE MÊME SUJET:  Hadopi augmenterait-il le téléchargement illégal? ; Hadopi, Loppsi, les censeurs du Net s'organisent ; Hadopi, les pirates ce n'est pas son problème ; Les Français téléchargent moins

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte