Égalités / Monde

En Espagne, des enseignants se mettent en jupe pour soutenir un élève expulsé

Temps de lecture : 2 min

Le mouvement de solidarité, qui vise à lutter contre les stéréotypes de genre, dure depuis novembre dernier.

Le 4 novembre, des milliers de garçons ont porté des jupes dans leurs collèges et lycées. | Capture d'écran New York Post via YouTube
Le 4 novembre, des milliers de garçons ont porté des jupes dans leurs collèges et lycées. | Capture d'écran New York Post via YouTube

Une mobilisation nationale. En Espagne, depuis plusieurs mois, des professeurs et élèves masculins ont décidé de venir en classe en jupe, en solidarité avec un élève qui a été expulsé pour en avoir porté une en novembre dernier, rapporte le New York Post. Leur but est de lutter contre les stéréotypes et discriminations liés au genre

Tout a commencé le 27 octobre 2020, lorsque Mikel Gómez, un lycéen de 15 ans originaire du Pays basque, s'est fait renvoyer de son établissement et a été contraint de consulter un psychologue pour avoir porté une jupe. Dans une vidéo publiée sur TikTok et visionnée par plus de deux millions de personnes, il explique que le fait de porter une jupe ne signifie pas qu'il est homosexuel, et qu'il voulait simplement soutenir les féministes et les personnes transgenres. Mikel Gómez invite d'autres élèves à suivre son initiative. Résultat: le 4 novembre dernier, des milliers de garçons ont porté des jupes dans leurs collèges et lycées, précise le quotidien numérique espagnol Público.

@mikelgmz

No me daba tiempo a contarlo todo#parati

original sound - Mikel Gómez

Mieux encore, des enseignants masculins ont également pris part à la mobilisation. C'est notamment le cas de Jose Piñas, professeur de mathématiques qui a lancé le hashtag #LesVêtementsNontPasDeGenre (#LaRopaNoTieneGenero), le 9 novembre, après l'expulsion de son élève. «Il y a vingt ans, j'ai subi des persécutions et des insultes en raison de mon orientation sexuelle dans le lycée où je suis maintenant enseignant, explique le professeur sur Twitter. De nombreux enseignants ont détourné le regard. Je veux me joindre à la cause de Mikel.»

«Une école qui éduque dans la diversité et la tolérance»

Les élèves et professeurs de l'Institut d'enseignement secondaire (IES) Johan Carballeira, dans la ville espagnole de Pontevedra, au nord-ouest du pays, ont aussi répondu à l'appel de Mikel Gómez, mais ont décidé d'aller encore plus loin. Depuis novembre, tous les 4 du mois, ils viennent tous en cours habillés en jupe, hommes et femmes, et partagent leur action sur les réseaux sociaux sous le même hashtag.

«Après la première manifestation, nous avons pensé qu'elle était trop petite pour nous. Cela ne pouvait pas être oublié et nous devions continuer», affirme à Público Lía Menduíña Otero, l'une des créatrices du mouvement. Depuis, le lycée a accepté de mettre en place un cours sur l'égalité des sexes et l'initiative a été reprise par un autre lycée et une école primaire de la ville.

Plus récemment, au mois de mai, deux autres enseignants, Manuel Ortega et Borja Velúquez, d'une école primaire de Valladolid, ont rejoint le mouvement après qu'un de leurs élèves a été victime d'insultes homophobes, indique un article d'El País. Ils ont même décidé de porter une jupe tous les jours pendant un mois. «Une école qui éduque dans le respect, la diversité, la mixité et la tolérance, tweetait Borja Velúquez, le 29 avril. Habille-toi comme tu veux! Nous rejoignons la campagne #LesVêtementsNontPasDeGenre.»

Newsletters

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Pour la gent féminine, s'esclaffer a longtemps été encadré, contrôlé et craint: ce n'est qu'au XXe siècle qu'elles ont pu se permettre de rire à gorge déployée.

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio