Égalités / Monde

La poste espagnole lance une campagne antiraciste et se prend les pieds dans le tapis

Temps de lecture : 2 min

Elle a mis en vente des timbres de différentes couleurs à des tarifs qui ne sont pas les mêmes.

Le timbre noir vaut 70 centimes et le plus clair coûte 1,60 euro. | Capture d'écran CanalCorreos via YouTube
Le timbre noir vaut 70 centimes et le plus clair coûte 1,60 euro. | Capture d'écran CanalCorreos via YouTube

L'initiative est critiquée. Le service postal espagnol vient de lancer une collection de timbres à vocation antiraciste, baptisée «les timbres de l'égalité», représentant différentes teintes de peau, rapporte un article du Washington Post. Le but de la campagne est de sensibiliser à l'inégalité raciale et de lutter pour la diversité, l'inclusion et l'égalité des droits.

La particularité de la collection est que les timbres ont une valeur différente selon la teinte de peau qu'ils représentent. «Plus le timbre est foncé, moins il aura de valeur, explique l'entreprise publique Correos, dans un communiqué de presse. Par conséquent, lors d'un envoi, il sera nécessaire d'utiliser plus de timbres noirs que de timbres blancs. De cette façon, chaque lettre, chaque envoi deviendra un reflet de l'inégalité créée par le racisme.» Ainsi, le timbre noir vaut 70 centimes, le marron 80 centimes, le marron plus clair 1,50 euro et le blanc, celui qui a le plus de valeur, coûte 1,60 euro.

La campagne, réalisée en collaboration avec l'ONG SOS Racismo, a été lancée au même moment que le début du mois européen de la diversité et du premier anniversaire de la mort de George Floyd, précise le service postal.

«Accidentellement raciste»

Cette initiative n'a pas vraiment eu l'effet escompté et ne fait pas l'unanimité. Certains internautes parlent d'une campagne «accidentellement raciste», d'autres l'assimilent au parti d'extrême droite espagnol, Vox, ou affirment qu'elle est le reflet du manque de diversité dans la majorité des entreprises espagnoles.

L'intention du service postal «était bonne», mais elle a finalement envoyé un message raciste, analyse Moha Gerehou, journaliste et auteur d'un livre sur le racisme en Espagne. Selon lui, cela s'explique par le fait que les campagnes de ce type en Espagne sont souvent conçues «par des Blancs».

Pourtant, dans son communiqué de presse, le service postal espagnol Correos est clair: la campagne tente de faire comprendre que la valeur d'une personne ne doit pas avoir de couleur. Sur son compte Twitter, il insiste sur son objectif de sensibiliser le public à «une réalité injuste et douloureuse qui ne devrait pas exister». De son côté, SOS Racismo évoque dans une déclaration, l'importance de rendre visible la discrimination raciale.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Avant cette campagne antiraciste, Correos s'était déjà engagé à plusieurs reprises dans des combats sociaux, précise le quotidien américain. L'année dernière, il avait notamment dévoilé un timbre arc-en-ciel à l'occasion du mois des fiertés et un 2019 des «timbres de la protestation» en soutien au mouvement des jeunes pour l'environnement.

Newsletters

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio