Santé / Sciences

La science a déterminé l'âge maximum que les humains peuvent physiquement atteindre

Temps de lecture : 2 min

Avec l'âge, le temps de récupération après une perturbation est de plus en plus long et finit même par disparaître.

En vieillissant, nous passons de moins en moins de temps proches de l'état physiologique optimal. | WJ via Unsplash
En vieillissant, nous passons de moins en moins de temps proches de l'état physiologique optimal. | WJ via Unsplash

Sans surprise, nous ne pouvons pas vivre éternellement. Il y aurait même un âge maximum que les êtres humains ne pourraient physiquement pas dépasser, selon la science. C'est justement ce que révèle une étude publiée dans la revue scientifique Nature Communications et réalisée par des chercheurs de la société de biotechnologie Gero, basée à Singapour.

Après avoir analysé une importante quantité de données médicales, notamment d'analyses sanguines, provenant de volontaires au Royaume-Uni et aux États-Unis, ainsi que les niveaux d'activité physique enregistrée par une application sur iPhone, l'équipe scientifique a fixé cet âge à 150 ans. C'est plus que le record actuel de longévité, détenu par la Française Jeanne Calment, décédée en 1997 à 122 ans.

Selon l'équipe de recherches, la durée de vie humaine reposerait sur deux points de données: l'âge biologique, sur lequel le stress a de l'impact, le mode de vie et les maladies chroniques, et la résilience, c'est-à-dire la rapidité avec laquelle une personne se rétablit après un facteur de stress. Naturellement, le temps de récupération est de plus en plus long avec l'âge. Il passe d'environ deux semaines pour les adultes en bonne santé de 40 ans à six semaines pour ceux de 80 ans, jusqu'à ce que le corps humain présente «une perte totale» de résilience vers 120 à 150 ans, indique un communiqué de presse.

«Une percée conceptuelle»

«En vieillissant, il faut de plus en plus de temps pour récupérer après une perturbation, et, en moyenne, nous passons de moins en moins de temps proches de l'état physiologique optimal», explique l'auteur de l'étude, Timothy V. Pyrkov. La réduction de la résilience a d'ailleurs été observée même chez les personnes ne souffrant pas de maladie chronique majeure, précise les chercheurs.

Cette découverte constitue «une percée conceptuelle» pour le professeur Andrei Gudkov, du Roswell Park Comprehensive Cancer Center, un centre de recherche et de traitement du cancer situé dans l'État de New York, qui a collaboré à l'étude. Selon lui, en déterminant et séparant les rôles des facteurs fondamentaux de la longévité humaine, elle «explique pourquoi même la prévention et le traitement les plus efficaces des maladies liées à l'âge ne peuvent qu'améliorer la durée de vie moyenne, mais pas la durée de vie maximale».

D'autres, comme David Sinclair, professeur de génétique à la Harvard Medecial School, voient en cette étude une possibilité de futurs médicaments basés sur le taux de récupération, afin de «ralentir le processus et prolonger la durée de vie».

Newsletters

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

Les personnes non vaccinées contre le Covid se comportent-elles comme des enfants gâtés?

N'est-ce pas céder à une certaine facilité que de comparer les réfractaires à la vaccination à des gamins qui refuseraient leur assiette de brocolis alors que des enfants de leur âge meurent de faim dans d'autres pays ou d'autres familles?

Le tourisme de la chirurgie esthétique en Turquie, faux devis et vraie boucherie

Le tourisme de la chirurgie esthétique en Turquie, faux devis et vraie boucherie

Lisez ceci si, comme plus de 10.000 Français chaque année, vous comptez vous faire opérer au pays où le tourisme médical est roi.

Le meilleur vin pour la santé est sans alcool

Le meilleur vin pour la santé est sans alcool

Ce n'est peut-être pas le conseil que vous attendiez.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio