Égalités

En Floride, une école retouche les photos de 80 adolescentes pour cacher leur décolleté

Temps de lecture : 2 min

L'album photo de la Bartram Trail High School, aux États-Unis, n'aura rien de très naturel cette année.

La photo de l'album de l'école de Riley O’Keefe. | Capture d'écran Youtube First Coast News
La photo de l'album de l'école de Riley O’Keefe. | Capture d'écran Youtube First Coast News

Riley O'Keefe, une jeune fille de 15 ans, pose tout sourire pour l'album photo de la Bartram Trail High School, dans le comté de Saint Johns, en Floride. Mais à regarder de plus près, quelque chose cloche. Une barre noire semble avoir été posée numériquement sur son haut de la même couleur, afin que sa poitrine soit totalement effacée. Elle n'est pas la seule, au moins 80 autres étudiantes de l'établissement ont observé ce genre de retouches, rapporte le New York Times.

L'affaire a provoqué la fureur des parents d'élèves, dont beaucoup estiment que ce genre de mesure grotesque et conservatrice de la part de l'administration pousse les jeunes filles à avoir «honte de leur corps». Un acte d'autant plus incompréhensible que les retouches concernent uniquement les filles. Des photographies d'étudiants masculins en maillot de bain moulant n'ont visiblement pas posé autant de problème, et n'ont pas reçu la moindre modification.

L'administration scolaire n'a pour l'instant pas réagi, mais une porte-parole du district a expliqué que cette retouche visait à garantir que toutes les photographies d'élèves soient bien intégrées dans l'annuaire de l'école, même celles qui, à l'origine, ne semblaient pas conformes au code de conduite du district scolaire de St.John.

Jugé trop strict et obsolète par de nombreux élèves et leurs parents, ce code vestimentaire est notamment pointé du doigt. Il stipule, entre autres, que les chemises des filles ne doivent pas être «révélatrices ou distrayantes» et que leur haut doit bien couvrir l'ensemble de l'épaule. Par ailleurs, les jupes ne doivent pas dépasser les 10 centimètres au-dessus du genou.

Comme l'explique le journal américain, l'établissement, qui compte 2.500 élèves, recadre régulièrement les étudiantes et leur distribue parfois des t-shirts qui viennent remplacer les habits qu'elles portent. Une situation qui a même poussé quelques garçons à montrer leur solidarité avec leurs camarades de classe: certains sont un jour venus vêtus de robes et de jupes à l'école.

En France, le débat sur la façon de s'habiller des élèves avait refait surface en septembre 2020, à la suite des propos du ministre de l'Éducation nationale, qui commentait alors un mouvement lancé par des lycéennes qui revendiquaient le droit de s'habiller comme elles le voulaient, sans être vues comme un objet sexuel. Jean-Michel Blanquer avait déclaré que les élèves doivent s'habiller «de façon républicaine», ce qui n'avait pas manqué de susciter bon nombre de railleries sur les réseaux sociaux.

Newsletters

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les candidates de télé-réalité subissent plus de cyberharcèlement que leurs homologues masculins

Les trolls en ligne qualifient les femmes de sournoises, mentalement instables, diaboliques, ennuyeuses ou en quête d'attention.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio