Santé

Des laborantins de Wuhan auraient eu des symptômes du Covid-19 peu avant l'épidémie

Temps de lecture : 2 min

Ils se sont fait soigner à l'hôpital en novembre 2019, selon les renseignements américains.

Une vue aérienne de l'Institut de virologie de Wuhan, dans la province centrale chinoise du Hubei, le 17 avril 2020. Hector Retamal / AFP
Une vue aérienne de l'Institut de virologie de Wuhan, dans la province centrale chinoise du Hubei, le 17 avril 2020. Hector Retamal / AFP

L’hypothèse d’un accident en laboratoire à l’Institut de virologie de Wuhan comme origine de la pandémie de Covid-19 est relancée. Le Wall Street Journal a dévoilé le 23 mai un rapport des services du renseignement américain qui montre que trois laborantins de cet établissement de Wuhan, ville où est apparu le virus, sont tombés malades dès novembre 2019, peu de temps avant le début de l'épidémie. Ils présentaient en outre des symptômes graves du Covid-19 et ont dû être hospitalisés.

Si ces trois laborantins ont en effet été touchés par le virus dès novembre 2019, leur infection interviendrait donc bien quelques semaines avant la découverte officielle du premier patient infecté par le virus, identifié le 1er décembre de la même année à Wuhan, en Chine.

Depuis le début de la pandémie, la thèse attestant que le Covid-19 est une zoonose, un virus transmis par les animaux, est largement mise en avant. Mais depuis quelque temps, l'idée d'un potentiel accident de laboratoire comme origine de la crise sanitaire que traverse le monde prend de l'ampleur. Elle ne semble plus considérée comme une théorie farfelue et complotiste.

De nombreux scientifiques estiment en tout cas que cette hypothèse ne doit pas être totalement exclue. Le jeudi 13 mai par exemple, une nouvelle tribune, publiée par la revue Science et cosignée par une vingtaine de scientifiques, appelait une fois de plus à examiner cette éventualité. Un jour plus tôt, une thèse et deux mémoires de master, publiés initialement en chinois et traduits anonymement en anglais, ont été diffusés par un compte Twitter anonyme et semblent remettre en cause certaines informations transmises par l’Institut de virologie de Wuhan, ajoute Le Monde. Les expériences qui y sont réalisées ainsi que le nombre et la nature des coronavirus qui y sont conservés ont notamment été pointés du doigt.

La pression internationale pour déterminer avec certitude l'origine du virus s'accentue. Après avoir conclu dans son enquête qu'une fuite d'un laboratoire était «extrêmement improbable», l'OMS a cependant rappelé le 30 mars 2021 que toutes les hypothèses restaient ouvertes.

Dans le passé, des accidents en laboratoire ont déjà conduit à des infections humaines, rappelle The Conversation. Parmi eux, la pandémie de grippe H1N1 de 1977 qui a fait plus de 700.000 victimes.

Newsletters

Une bactérie mortelle détectée dans des spray d'huiles essentielles

Une bactérie mortelle détectée dans des spray d'huiles essentielles

Walmart a immédiatement rappelé toutes les bouteilles vendues.

Le syndrome du cœur brisé touche de plus en plus de femmes

Le syndrome du cœur brisé touche de plus en plus de femmes

Une tendance qui pourrait s'être d'autant plus accélérée avec la pandémie.

Le décalage horaire, un enfer à vivre

Le décalage horaire, un enfer à vivre

[BLOG You Will Never Hate Alone] Depuis que je suis rentré au pays après un long voyage en avion, j'erre comme un somnambule atteint de paralysie mentale.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio