Société

Aux États-Unis, la police prend les cendres d'une fillette pour de la drogue

Temps de lecture : 2 min

La police a effectué un test sur de la poudre retrouvée dans la voiture d'un homme avant de se rendre compte de son erreur, ce qui a rendu fou de rage l'automobiliste, qui était aussi le père de la défunte.

Image d'une caméra corporelle de la police lors de l'interpellation. | Capture d'écran Youtube WICS ABC NewsChannel 20
Image d'une caméra corporelle de la police lors de l'interpellation. | Capture d'écran Youtube WICS ABC NewsChannel 20

Méthamphétamine? Ecstasy? La police de la ville de Springfield, dans l'Illinois, était sûre d'avoir trouvé de la drogue quand elle a découvert une petite fiole remplie de poudre dans la voiture d'un homme. Après avoir testé le produit, le verdict est tombé: il s'agissait des cendres de la fille de l'automobiliste, endeuillé depuis un an.

Les images prises par une caméra corporelle de la police montrant cette interpellation, qui remonte à avril 2020, viennent tout juste d'être publiées aux États-Unis. On y voit Dartavius Barnes, un Afro-américain, se faire arrêter alors qu'il conduisait trop vite, selon les policiers de la ville. Les agents ont ensuite procédé à une fouille du véhicule, sans résistance de la part du conducteur.

Quelques minutes plus tard, un officier est revenu voir Dartavius Barnes en lui disant avoir trouvé, en plus de quelques pochons de cannabis, de la drogue dans sa voiture, probablement de la méthamphétamine ou de l'ecstasy. Le conducteur, abasourdi, ne comprend pas de quoi parlent alors les agents, jusqu'à ce qu'ils lui montrent une petite fiole remplie de poudre découverte dans le véhicule. L'homme change alors totalement d'attitude et se met à crier: «non, non, non, ça c'est ma fille!». Menotté à l'arrière de la voiture, il répète sans cesse cette phrase avec effroi.

Mais la police ne semble pas convaincue par cette étrange déclaration et se met alors à tester le contenu de la fiole. L'homme avait pourtant raison: il s'agissait des cendres de Ta'Naja Barnes, la fille de Dartavius, décédée en 2019 à l'âge de deux ans. La mère de la jeune fille avait été reconnue coupable à l'époque de la mort de l'enfant suite à de la négligence, ajoute le New York Post.

Aujourd'hui encore, Dartavius Barnes est fou de rage contre la police, à qui il reproche notamment d'avoir profané les restes de sa fille, rapporte le Mirror. Il a ainsi décidé de poursuivre la ville de Springfield ainsi que les six agents concernés par l'affaire. La police a confirmé les faits, mais affirme n'avoir violé aucun droit. Le procès est fixé en août 2022.

Newsletters

Le tabou du deuil périnatal, un supplice pour les parents

Le tabou du deuil périnatal, un supplice pour les parents

[TRIBUNE] Les parents de nouveau-nés décédés devraient être accompagnés, épaulés. Au lieu de cela, ils sont confrontés à la dénégation de toute une société.

Ça veut dire quoi, «Mercure rétrograde»?

Ça veut dire quoi, «Mercure rétrograde»?

Lorsque la planète de la communication et des déplacements rétrograde, gare aux grèves, bugs, disputes et autres obstacles.

La ménopause peut être une période cruciale (et cruelle) dans la vie professionnelle d'une femme

La ménopause peut être une période cruciale (et cruelle) dans la vie professionnelle d'une femme

Un sondage mené aux Royaume-Uni sur près de 4.000 femmes apporte des résultats édifiants.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio