Santé

Covid-19: après le «champignon noir», un «champignon blanc» inquiète en Inde

Temps de lecture : 2 min

Cette infection fongique se propagerait plus facilement que son homologue dans certaines parties du corps.

Un patient qui s'est remis du Covid-19 et qui est maintenant infecté par le «champignon noir», au Netaji Subhash Chandra Bose Medical College à Jabalpur, le 21 mai 2021. | Uma Shankar Mishra / AFP
Un patient qui s'est remis du Covid-19 et qui est maintenant infecté par le «champignon noir», au Netaji Subhash Chandra Bose Medical College à Jabalpur, le 21 mai 2021. | Uma Shankar Mishra / AFP

Déjà touchée de plein fouet par une deuxième vague de Covid-19, l'Inde doit également faire face à la prolifération chez les victimes du virus d'une infection fongique rare, appelée mucormycose ou «champignon noir». Quelques jours à peine après la découverte de ce phénomène, les scientifiques s'inquiètent de l'apparition d'un autre champignon, blanc cette fois-ci.

Quatre cas de candidose, également appelée «champignon blanc», ont en effet été détectés le 19 mai à Patna, la capitale de l'État indien du Bihar, par ailleurs durement frappée par le Covid-19, rapporte The Independent. Les patients touchés par cette infection fongique présentaient des symptômes du coronavirus ainsi que des lésions pulmonaires typiques d'une contamination au Covid, mais n'ont pas été testés positifs au virus.

Ce qui préoccupe les scientifiques, c'est que cette infection fongique se propagerait plus facilement que son homologue dans certaines parties du corps, dont, entre autres, les ongles, l'estomac, les reins et le cerveau. En outre, ce «champignon blanc» serait plus mortel que le «champignon noir», dont le taux de mortalité dépasse pourtant déjà les 50%. Une situation qui pousse les autorités à surveiller de près si d'autres cas de candidose n'apparaissent pas à d'autres endroits du territoire.

Le «champignon noir» se propage

Cette mycose qui infecte les tissus humains et les noircit se répand à un rythme effréné sur le sous-continent, et aurait déjà coûté la vie à des centaines de personnes, bien qu'aucun chiffre officiel n'ait pour l'instant circulé.

Dans les grandes villes du pays, dont New Delhi, des centres de traitement spéciaux pour soigner les malades sont installés à la hâte. À lui tout seul, l’État du Maharashtra, où se situe Bombay, a signalé plus de 2.000 cas de mucormycose.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Parmi les symptômes de cette infection au «champignon noir», l'on retrouve des maux de tête, un gonflement du visage et de la fièvre, rapporte le Huffpost. Pour l'heure, l'apparition soudaine de cette mycose chez les victimes du Covid serait imputable à l'utilisation incontrôlée de stéroïdes pour traiter ces malades du virus. Si les stéroïdes permettent de réduire l’inflammation au niveau des poumons, ils diminuent au passage l’immunité, favorisant ainsi des infections comme les mycoses.

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Hépatites pédiatriques d'origine inconnue: ce qui ressort des premières investigations

Au moins 450 enfants sont atteints d'hépatites aiguës à travers le monde. Aujourd'hui, personne ne peut encore émettre de recommandations pour protéger les plus jeunes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio