Monde

En plein entraînement, des artilleurs canadiens mangent à leur insu des space-cakes

Temps de lecture : 2 min

Une membre de leur unité est aujourd'hui accusée de leur avoir servi ces gâteaux au cannabis.

Image d'illustration de miliaires. | Diego González via Unsplash
Image d'illustration de miliaires. | Diego González via Unsplash

L'incident aurait pu tourner au drame, il s'est finalement soldé par une grosse défonce et plus de peur que de mal. En juillet 2018, des membres d'une unité d'artillerie de l'armée canadienne ont mangé à leur insu des gâteaux au cannabis, couramment appelés space cakes, alors qu'ils étaient entrain de s'entraîner à tirs réels. Aujourd'hui, une soldate de l'unité est accusée d'être responsable de cet incident.

On peut dire que, l'espace de quelques heures, le centre d'entraînement de l'armée canadienne de la province du Nouveau-Brunswick ressemblait davantage à Woodstock qu'à un camp militaire. La faute, semble-t-il, à Chelsea Cogswell, une soldate membre de la même unité d'artillerie qui travaillait alors dans la cantine du centre. Cette dernière aurait distribué ces gâteaux à la marijuana à ses collègues, sans leur révéler leur contenance, rapporte Newsweek.

Comme on peut l'imaginer, la surprise a été de taille pour ces soldats. Tous ont notamment ressenti une grande fatigue, de la confusion, de la déshydratation ainsi que des épisodes de paranoïa, alors qu'ils étaient en train de manipuler des armes. «Plusieurs membres touchés auraient été incapables d'exécuter correctement des exercices de manutention d'armes et d'explosifs de façon sûre», a indiqué un juge militaire dans son résumé des accusations, ajoute le média américain. Un seul soldat, qui a pourtant lui aussi consommé un de ces space cakes, n'a pas ressenti de véritable effet.

La cour martiale, qui doit statuer sur l'affaire, devrait débuter en août 2021 au Nouveau-Brunswick, et Chelsea Cogswell, dont la culpabilité n'a pas encore été prouvée, fait face à 18 chefs d'accusation. Elle risque une peine maximale d'emprisonnement de deux ans. Il ne faut pas oublier que les soldats de l'armée canadienne sont autorisés à consommer du cannabis depuis sa légalisation à des fins récréatives en 2018. Mais ils doivent le faire au moins 24 heures avant d'utiliser leurs armes ou un véhicule. Pas en plein entraînement, évidemment.

En 2020, un autre incident impliquant un space cake ingurgité par erreur avait fait le tour des médias canadiens. Et pour cause, le gâteau au cannabis avait alors été consommé lors d’une fête d'école. Plusieurs participants aux festivités s'étaient alors retrouvés pendant quelques heures à l'hôpital le temps que la défonce passe.

Newsletters

Un pénis gravé vieux de 1.700 ans découvert, juste à côté d'une drôle d'inscription

Un pénis gravé vieux de 1.700 ans découvert, juste à côté d'une drôle d'inscription

Une sorte d'insulte à la romaine.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 18 au 24 juin 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 18 au 24 juin 2022

Tremblement de terre en Afghanistan, manifestations en Équateur contre la hausse des prix et Championnats du monde de natation 2022... La semaine du 18 au 24 juin en images.

Port d'armes en extérieur aux États-Unis: l'ombre du juge Scalia et le cynisme du juge Alito

Port d'armes en extérieur aux États-Unis: l'ombre du juge Scalia et le cynisme du juge Alito

Les récentes tueries n'y auront rien changé: la Cour suprême vient de considérablement verrouiller la possibilité de restreindre le port d'armes en extérieur.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio