Santé / Monde

Une Hongroise atteinte du Covid découvre en sortant du coma qu'elle a accouché

Temps de lecture : 2 min

Sa fille est née par césarienne le jour où elle a été transférée en soins intensifs.

Szilvia Bedo-Nagy a appris qu'elle avait accouché un mois après la naissance de sa fille. | Omar Lopez via Unsplash
Szilvia Bedo-Nagy a appris qu'elle avait accouché un mois après la naissance de sa fille. | Omar Lopez via Unsplash

Un cas «fascinant» selon les médecins. Une femme originaire de Hongrie a appris qu'elle avait donné naissance à sa fille plus d'un mois après, en sortant du coma artificiel dans lequel elle avait été placée après avoir attrapé le Covid-19. Szilvia Bedo-Nagy était enceinte de trente-cinq semaines quand elle a été testée positive au virus, fin 2020. Elle s'est isolée chez elle, mais son état s'est rapidement aggravé et elle a été envoyée en urgence à l'hôpital.

«Je ne pouvais pas respirer», raconte Szilvia Bedo-Nagy à Radio Free Europe depuis son domicile, dans la ville de Hatvan. La future maman avait en effet contracté une pneumonie. Sa fille Napsugar, qui signifie «soleil» en hongrois, est née par césarienne le jour où sa mère a été admise dans l'unité de soins intensifs de l'hôpital de Budapest. Szilvia Bedo-Nagy a ensuite été placée sous ventilateur, puis sous «poumon artificiel», avant d'être plongée dans un coma artificiel pendant quarante jours, rapporte un article du New York Post.

Après l'accouchement, son mari Jozsef Bedo s'est occupé de leur fille, sans savoir si sa femme allait survivre. «Les médecins ont dit qu'elle ne passerait pas la nuit», explique-t-il à la radio. La Hongrie est le pays où le taux de mortalité lié au Covid-19 pour 100.000 habitants est le plus élevé du monde, et dans certains hôpitaux, jusqu'à 80% des patients placés sous respirateur ne survivent pas, selon l'université Johns Hopkins.

Une miraculée

Contre toute attente, la jeune mère s'est rétablie. Le 24 décembre dernier, Jozsef Bedo a reçu un appel des docteurs lui disant qu'ils avaient réveillée sa femme, qu'elle utilisait ses yeux pour communiquer et qu'elle essayait d'entrer en contact avec lui. Szilvia Bedo-Nagy, elle, n'a de souvenirs qu'à partir du Nouvel an. «Je n'avais aucune idée de ce qui se passait. Je montrais mon ventre pour demander quand j'avais accouché... Puis le médecin a dit que le bébé était né depuis un moment», précise-t-elle.

Selon les soignants, la jeune mère est une miraculée. «Quand l'approvisionnement en oxygène des organes vitaux n'est pas suffisant, le poumon artificiel est la seule solution qui peut sauver la vie d'un patient, indique son médecin Bela Merkely. Je ne connais aucun autre cas en Europe centrale aussi complexe qui a été résolu de cette façon.»

Aujourd'hui, la mère et la fille se portent très bien, même si Szilvia Bedo-Nagy a encore du mal à marcher sans béquilles à cause de ses escarres.

Newsletters

Est-ce que nous sommes en train de nous transmettre le «pire rhume de tous les temps»?

Est-ce que nous sommes en train de nous transmettre le «pire rhume de tous les temps»?

«Je dormais à peine, je me réveillais la nuit en toussant, le nez qui coule constamment et je me sentais tellement fatiguée.»

Les selles des bébés contiennent dix fois plus de microplastiques que celles des adultes

Les selles des bébés contiennent dix fois plus de microplastiques que celles des adultes

L'impact des perturbateurs endocriniens sur le développement des nouveau-nés inquiète les scientifiques.

Antis sceptiques

Antis sceptiques

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio