Culture

«L'Étreinte», doublement vivante avec Emmanuelle Béart

Temps de lecture : 3 min

Le premier long-métrage de Ludovic Bergery a trouvé mieux qu'une interprète parfaite: une présence personnelle qui ne cesse de faire écho de manière suggestive et émouvante aux tribulations de l'héroïne.

Margaux (Emmanuelle Béart) contrainte de se jeter dans le grand bain d'une nouvelle existence. | Pyramide
Margaux (Emmanuelle Béart) contrainte de se jeter dans le grand bain d'une nouvelle existence. | Pyramide

L'Étreinte met en scène simultanément deux histoires. Celle de Margaux, et celle d'Emmanuelle Béart –du moins, un moment de leur histoire. Ce n'est pas la même histoire, mais la manière de les mettre en scène est commune. Et c'est très beau.

Emmanuelle Béart, comédienne, joue Margaux, qui vient de perdre son mari et se retrouve seule, sans trop savoir quoi faire de sa vie. Margaux «n'est plus jeune», comme on dit, formule par défaut qui entrouvre vers de sombres horizons (la vieillesse!) sans oser la nommer.

La veuve désemparée quitte la Côte d'Azur où elle vivait pour s'installer en grande banlieue parisienne, où elle reprend des études abandonnées depuis longtemps.

Meurtrie par le deuil, elle est mal à l'aise avec des camarades d'études bien plus jeunes, plutôt sympathiques, mais dont trop d'écarts (physiques, de langages, de comportements) la séparent. Elle n'est guère plus à son aise avec le prof sensible à son incontestable charme: trop mûre avec les étudiants, reprise par des élans d'adolescente amoureuse avec l'adulte qui n'en demande pas tant.

Mal dans sa peau, pas à sa place, Margaux bricole comme elle peut, tâtonne du côté de la mise à jour, et en mots, de ses émotions avec l'ami Aurélien (l'excellent Vincent Dedienne) et du côté du désir avec… qui elle arrivera à trouver.

Le réconfort de l'ami Aurélien (Vincent Dedienne), nécessaire et pas suffisant. | Pyramide

Comment ça s'appelle, ce qui vous travaille à l'intérieur et à la fois vous fait souffrir et vous anime? Comment on fait, avec les autres, avec son corps, avec les gestes et les paroles? À aucun moment le film ne fait d'allusion à l'histoire personnelle de l'actrice qui occupe tous les plans. Et il ne s'agit ici en aucun cas de sa vie privée.

Mais le parcours, lumineux puis devenu nettement moins convaincant, de celle qui fut dans les années 1990 l'actrice inoubliable de La Belle Noiseuse, de J'embrasse pas, de Un cœur en hiver, jusqu'aux Destinées sentimentales et Histoire de Marie et Julien au début de la décennie suivante, hante inévitablement L'Étreinte. Il y a non pas un deuil, mais du deuil aussi de ce côté-là.

Comment on fait, avec les autres (le public), avec son corps, avec les gestes et les paroles? Ce sont, aussi, des questions pour une comédienne.

Un peu en retrait, prêt à bifurquer

L'Étreinte accompagne pas à pas le cheminement de Margaux, hésitant, maladroit, excessif, nécessaire. Il y aura les étapes de cette trajectoire, bien sûr, les rencontres, les moments lumineux, les déceptions, les malentendus, les impasses qui peuvent devenir dangereuses. Un professeur de littérature allemande féru de Kleist, un tromboniste chaud lapin, quelques mafieux d'Europe de l'Est jalonnent cette quête.

Il y a aussi, surtout, la manière qu'a Ludovic Bergery de la filmer, toujours sur la frange de l'illustration émotionnelle et psychologique, mais un peu à côté, un peu en retrait, prêt à bifurquer.

Avec Till (Tibo Vandenborre), Margaux est tentée par un romantisme hors de propos. | Capture d'écran Bandes Annonces Cinéma via YouTube

Et c'est de cette fragilité désirée de la mise en scène, de cette façon de ne jamais stabiliser les rapports, de ne pas assigner les personnages à des fonctions, de laisser ouvertes des possibilités, plus tristes ou plus heureuses, à chaque situation, que naît la douce puissance du film.

Elle est en totale affinité avec tout ce que donne à percevoir son actrice principale, qui retrouve cet art singulier d'augmenter sans cesse l'intensité de sa présence en diminuant les gestes, les expressions du visage, tous ces artifices du jeu d'acteur qui souvent font disparaître et l'acteur et le personnage sous la démonstration, fut-elle virtuose.

Bousculer le réalisme

Qu'il s'agisse pour son réalisateur d'un premier long-métrage rend encore plus impressionnante la justesse de cette composition, justesse qui se manifeste scène après scène, et peut-être plus encore entre les scènes, dans ce qui les relie et ne les relie pas.

S'offrant des embardées du côté du thriller, n'hésitant pas à bousculer le réalisme dès lors que la réalité mentale et sensuelle de son personnage est établie, le cinéaste trouve avec l'actrice les ressources de ce voyage intérieur qui met le film en mouvement. «Avec Emmanuelle Béart» ne signifie pas ici seulement qu'elle en est la tête d'affiche, mais dit la manière très fine dont la comédienne devient la ressource même de la fiction.

L'usage délicat des gros plans, qui n'accusent ni ne cachent l'âge de l'interprète, est sans doute le signe le plus explicite de cette façon de filmer, qui trouve aussi une très belle traduction dans les modulations de la voix. Ce sont des aspects qui peuvent paraître minimes, et qui font toute la différence entre une réalisation illustrative d'un scénario et, dans le cas présent, une mise en scène qui fait d'un récit de retour à la vie un plein moment de vie.

L'Étreinte

de Ludovic Bergery, avec Emmanuelle Béart, Vincent Dedienne, Tibo Vandenborre, Yannick Choirat

Séances

Durée: 1h40

Sortie: 19 mai 2021

Newsletters

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

«Nevermind» ne s'est pas fait sans quelques trahisons à l'esprit et aux préceptes punk si chers aux trois musiciens.

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

Cary Fukunaga fait notamment référence à une scène d'«Opération Tonnerre», sorti en 1965.

MC Solaar est à la fois prose et combat

MC Solaar est à la fois prose et combat

Depuis des années, il incarne un rap doux et intelligible qui prône la concorde. Mais en grattant la surface, on découvre un artiste bien plus multiple et frontal qu'il n'y paraît. Rencontre avec un homme perché et peu enclin à la nostalgie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio