Société / Tech & internet

Une appli permet de payer pour contrôler la vie des autres

Temps de lecture : 2 min

Les abonnés peuvent par exemple choisir la tenue ou le repas de la personne qu'ils suivent.

Actuellement, l'application compte moins de 100 créateurs. | Mateus Campos Felipe via Unsplash
Actuellement, l'application compte moins de 100 créateurs. | Mateus Campos Felipe via Unsplash

Vous n'arrivez pas à vous décider sur certains éléments de votre vie quotidienne? Laissez vos followers choisir pour vous. Voici le concept –légèrement tordu– de l'application NewNew, créée par Courtne Smith, une entrepreneuse américaine. Sur ce nouveau réseau social, des «créateurs», tels que des écrivains, peintres, musiciens ou encore blogueurs, demandent à leurs abonnés de voter sur des aspects de leur vie personnelle et de leur travail.

Dans de courtes vidéos, ces créateurs posent une question et proposent deux choix de réponse. De leur côté, les utilisateurs doivent payer 5 dollars (environ 4 euros), pour participer au sondage. Ils peuvent voter –et donc payer autant de fois– qu'ils le souhaitent, mais ne sont pas remboursés, peu importe le résultat du vote.

Brandon Wong, un écrivain vivant au Canada, utilise par exemple les sondages de NewNew pour décider des vêtements qu'il doit porter, de la nourriture qu'il va commander ou encore du genre de son prochain livre, des noms des personnages et même des développements de l'intrigue. «Je me suis inscrit en mars et je poste [des sondages] trois ou quatre fois par semaine. J'ai maintenant plus de 1.700 votes au total», indique l'homme de 24 ans, à la BBC.

Monétiser les liens sociaux

«NewNew, c'est un peu comme si TikTok avait rencontré l'émission de téléréalité “Big Brother” et qu'ils avaient eu un bébé», décrypte Matt Navarra, expert en médias sociaux. De son côté, l'application se décrit comme «une bourse humaine où vous achetez des actions dans la vie de personnes réelles, afin de contrôler leurs décisions et d'en observer le résultat».

Mais qui peut bien accepter de se faire contrôler par des inconnus, et qui payerait pour le faire? Selon la BBC, l'appli permet aux créateurs de tisser un lien encore plus proche avec leurs abonnés et surtout de le monétiser. En effet, à chaque vote ils reçoivent l'argent de leurs fans, moins la commission de NewNew, que sa créatrice n'a pas souhaité divulguer. «NewNew offre un partage des bénéfices dans les deux sens, explique Courtne Smith. Cinq dollars, c'est une petite somme à payer pour s'amuser et obtenir une récompense.»

Cependant, certains liens entre créateur et abonnés pourraient devenir malsains, selon Stuart Duff, un psychologue d'entreprise. «Cela ne devrait pas prendre longtemps pour qu'un créateur aille de plus en plus loin pour attirer les votes de ses followers, ce qui peut aboutir à des scénarios potentiellement autodestructeurs ou humiliants», explique-t-il. Pour éviter ce genre de dérive, NewNew examine grâce à l'intelligence artificielle tous les contenus postés en interne, afin de signaler ceux inappropriés.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour l'instant, l'application lancée il y a deux mois est encore au stade bêta, c'est-à-dire en phase d'essai. Si elle comprend moins de 100 créateurs, elle peut néanmoins compter sur des investisseurs importants comme Peter Thiel, le milliardaire cofondateur de PayPal, et l'acteur Will Smith. Snapchat a également apporté son soutien technique.

Newsletters

Le monde post-Covid sera celui de la démobilité

Le monde post-Covid sera celui de la démobilité

Néologisme pré-pandémie, il désigne la limitation choisie des déplacements afin de ne plus subir inconfort et pertes de temps. La démobilité s'incarne dans le télétravail et constitue une perspective bien enclenchée qu'il faut savoir accompagner.

Éducation nationale: y a-t-il un problème Blanquer?

Éducation nationale: y a-t-il un problème Blanquer?

Les enseignants observent une dégradation sans précédent de l'école publique depuis la prise de fonction du ministre.

273 newsletters, 388 articles, 13 ans... C'est le moment de faire une grosse pause

273 newsletters, 388 articles, 13 ans... C'est le moment de faire une grosse pause

Ensemble, on a discuté violences sexuelles, féminicides, noms de famille des femmes, écologie, scientologie, généalogie, Houellebecq, Buffy, David Foster Wallace et j'en passe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio