Monde

Le KGB est de retour

Nathalie Ouvaroff, mis à jour le 06.05.2010 à 15 h 03

Plusieurs personnalités de l'opposition connues pour ne pas ménager leurs critiques contre «le leader national» se sont faites piéger par une prostituée au service du FSB.

On se croirait revenu trente ans en arrière, quand le colonel  Vladimir Poutine était résident du KGB à Dresde. La semaine dernière, des vidéos pornos mettant en scène les ébats de représentants de l'opposition avec la belle Katia ont été mises en ligne sur Kanal 911.com. Ce site jusqu'alors inconnu au bataillon qui a été créé à la fin du mois de mars se présente comme le portail  du «comité public pour la défense de la loi, de la morale et de l'entente civile». Tout un programme.

Les victimes, qui ont toutes publiquement reconnu les faits pour échapper à un éventuel chantage, accusent le mouvement pro-Poutine Nachi, aidé par les services spéciaux, de les avoir attirés dans un piège pour les discréditer aux yeux de l'opinion publique.

Ilya Iachine, membre de la direction du parti Iabloko, a porté plainte contre X et demandé au procureur de  vérifier «la participation à ce crime» de Vladislav Surkov, l'un des principaux idéologues du Kremlin et Vassili Yakimenko, fondateur du mouvement Nachi.

Le retour des bonnes vieilles méthodes

Le piège à miel, les caméras cachées, les appartements truffés de micros y compris dans les salles de bain et dans les toilettes étaient couramment utilisées par le KGB contre les soviétiques et les étrangers. La méthode a fait ses preuves. Elle a rempli les rangs du KGB de citoyens qui acceptaient de le rejoindre pour éviter la divulgation de documents compromettants susceptibles de briser leur carrière ou leur famille, et a permis à l'Union soviétique de connaître des secrets d'Etat vitaux pour sa sécurité sans dépenser un rouble.

L'été dernier, alors que depuis quelques années les membres des missions diplomatiques fréquentaient sans souci les nombreux endroits chauds de la capitale russe, au nombre desquels un cabaret nommé Le Bordeaux, tenu par un Français, deux diplomates américain et britannique ont été filmés chacun à leur tour dans des circonstances similaires, soi-disant en compagnie de prostituées. Le gouvernement américain avait alors dénoncé «une campagne de salissage» digne de la guerre froide.

Après une courte embellie qui correspond en gros à la fin de l'époque Gorbatchev et aux deux mandats de Boris Eltsine, la Russie dérive à nouveau vers un régime dictatorial camouflé sous le nom de «démocratie souverainiste».

Les optimistes qui pensaient que Dimitri Medvedev, «un libéral» juriste de formation, pourrait changer la donne en sont pour leur frais. Le président règne, mais ne gouverne pas. Pire, il n'est pas en mesure d'empêcher les atteintes aux droits de l'homme et les entorses aux règles élémentaires de la démocratie de plus en plus nombreuses, en particulier dans le sud du pays.

Pour exemple, selon des observateurs bien informés, le président aurait été choqué par la première vidéo avec le critique Victor Chenderovitch et aurait ordonné à Sourkov d'empêcher la divulgations des autres. Elles étaient toutes sur la Toile le lendemain. Par ailleurs, toujours selon ces mêmes sources, d'autres vidéos compromettantes mettant en scène cette fois-ci des proches du président devraient apparaître dans le courant du mois de mai.

Le début de la campagne présidentielle

L'affaire des vidéos pornos et l'information, si elle se vérifie, que d'autres vidéos compromettantes de fonctionnaires pourraient apparaître sur Internet, donnent à penser que la campagne pour la présidentielle de 2012 est lancée et que la bagarre risque d'être sanglante.

Certes, les «héros» des sex-tape sont des opposants qui n'ont pas leur langue dans leur poche, mais aucun d'eux ne constitue la moindre menace pour le pouvoir en place. Édouard Limonov est âgé et son parti discrédité, le parti national-bolchevique, ne recueille que peu de suffrages, et ce exclusivement au sein d'une jeunesse marginalisée. Illia Iachine a de l'avenir, mais est encore beaucoup trop jeune pour prétendre à un poste important.

Dans ce contexte, on est en droit de se demander si ces vidéos ne constituent pas un ballon d'essai dans l'attente de révélations sur des personnalités de premier plan, et cela d'autant plus qu'elles coïncident comme par hasard avec l'annonce de la possible candidature de Dimitri Medvedev à l'élection présidentielle.

En 2008, le mouvement de jeunesse Nachi, très probablement impliqué dans le scandale, avait milité  pour amender la constitution afin de permettre à Poutine de faire un troisième mandat. Ce Komsomol moderne, fondé en mars 2005 par Vassili Yakumenko avec la bénédiction et les subsides du Kremlin soi-disant pour contrer une éventuelle révolution orange, soutient les yeux fermés toutes les initiatives du Premier ministre, et il ne plane aucun doute sur le nom qui sera écrit sur leurs bulletins de vote en cas de duel entre les deux têtes de l'exécutif .

Nathalie Ouvarof

Photo: Une exposition d'art à Moscou en 2007, REUTERS/Denis Sinyakov

À LIRE ÉGALEMENT: Espions, gare au sexe

Nathalie Ouvaroff
Nathalie Ouvaroff (29 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte