Culture

La France privée de Ken Loach gratuits

Temps de lecture : 2 min

On se voyait déjà en séance Youtube devant Cathy come homePoor Cow, Kes, Hidden Agenda, Riff Raff ou Just a kiss, The Navigators, tous du réalisateur britannique Ken Loach. Le 27 avril, il avait surpris tout le monde en commençant à partager gratuitement ses films sur le site de partage de vidéos. Sur son propre canal Ken Loach Films, avec le distributeur indépendant Journeyman Pictures, ces sept films étaient pour l'instant disponibles, un titre devant être ajouté chaque semaine. La stratégie de Sixteen films, sa maison de production ? Diffuser gratuitement des contenus en ligne, pour mieux les vendre ensuite sur supports physiques.

Mais non, la France n'en a pas voulu... Disponibles mardi après-midi, dès le lendemain, les vidéos ont été brutalement bloquées en France. Les internautes, identifiés comme français par leur adresse IP, ont vu les longs-métrages céder la place au message:

Cette vidéo inclut du contenu de Journeyman Pictures, qui l'a bloqué dans votre pays pour des raisons de droits d'auteur

Le projet a également tourné court pour les internautes belges et néerlandais. Journeyman Pictures s'excuse sur la page de la chaîne YouTube.

Des distributeurs de France, de Belgique et des Pays-Bas nous ont demandé de bloquer les films de cette chaîne sur ces territoires. Nous nous excusons sincèrement et espérons résoudre ceci prochainement.

L'initiative était peu commune, Youtube ne faisant pas l'unanimité chez les réalisateurs de cinéma, opposés au téléchargement illégal sur internet. Le vainqueur de la Palme d'Or au festival du cinéma à Cannes en 2006 -avec son film Le vent se lève- avait inversé la tendance, rappelant l'initiative des Monty Python qui, l’année dernière, avaient décidé de rendre leurs productions disponibles gratuitement également sur YouTube, dont  Télérama rappelle le succès:

Les ventes de leurs DVD avaient littéralement explosé: + 23.000 % en trois mois!

Très engagé au côté de la classe ouvrière britannique, Ken Loach a réalisé de nombreux films sur les laissés-pour-compte de l'Angleterre thatchérienne, et plus récemment sur les oubliés du libéralisme et sur l'exploitation des travailleurs clandestins. Son dernier film, Route Irish, prochainement en salles, raconte l'histoire de deux amis agents de sécurité en Irak risquant leur vie en période de guerre.

[Lire l'article sur lemonde.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Regis Duvignau / Reuters

Newsletters

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

Il y a trente ans, Nirvana faisait entrer l'underground dans le mainstream

«Nevermind» ne s'est pas fait sans quelques trahisons à l'esprit et aux préceptes punk si chers aux trois musiciens.

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

Cary Fukunaga fait notamment référence à une scène d'«Opération Tonnerre», sorti en 1965.

MC Solaar est à la fois prose et combat

MC Solaar est à la fois prose et combat

Depuis des années, il incarne un rap doux et intelligible qui prône la concorde. Mais en grattant la surface, on découvre un artiste bien plus multiple et frontal qu'il n'y paraît. Rencontre avec un homme perché et peu enclin à la nostalgie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio