Égalités

Une option permet de préciser ses pronoms dans son profil Instagram

Temps de lecture : 2 min

Le réseau se veut plus inclusif.

Pronoun Buttons | college.library via Flickr CC License by
Pronoun Buttons | college.library via Flickr CC License by

Depuis quelques années, il n'est pas rare de croiser des profils Twitter ou Instagram dans lesquels figurent des mentions telles que «he/il», «she/elle» ou encore «they/aël», permettant à chaque personne de préciser les pronoms à employer pour parler d'elle. Une façon d'affirmer son genre, mais également de montrer que l'on prête soi-même attention au genre des personnes que l'on côtoie, que ce soit en ligne ou non.

Instagram vient d'intégrer cette possibilité dans son interface. Désormais, un bref passage dans les paramètres de son profil permet de stipuler ses pronoms en quelques clics. La mise à jour ne concerne pas encore toutes les versions, ni tous les pays, mais cela devrait être le cas peu à peu.

Lorsque cette option est disponible, il est possible de donner jusqu'à quatre pronoms, à choisir parmi une liste proposée par l'application. Et si tous les pronoms nécessaires n'apparaissent pas, Instagram donne la possibilité de demander à ce que la liste soit complétée et enrichie, de manière à ce que tout individu se sente représenté.

Quelques clics suffisent

Pour ajouter ses pronoms, il suffit de modifier son profil, et d'accéder à la ligne «pronoms», située juste en dessous de la ligne «nom».

Newsletters

Stéréotypes de genre: le monde du surf a du pain sur la planche

Stéréotypes de genre: le monde du surf a du pain sur la planche

Les fantasmes liés à l'imaginaire du surf transforment la pratique en compétition, contraignent les corps et reconduisent des stéréotypes souvent caricaturaux.

Les découvertes sur l'orgasme n'en sont qu'à leurs préliminaires 

Les découvertes sur l'orgasme n'en sont qu'à leurs préliminaires 

[TRIBUNE] Certaines modalités de jouissance semblent être en train de changer.

Un procès pour viol sur une enfant de 12 ans pousse la justice néo-zélandaise à interroger sa législation

Un procès pour viol sur une enfant de 12 ans pousse la justice néo-zélandaise à interroger sa législation

Les lois sur le consentement actuellement en vigueur soumettent les enfants victimes de violences sexuelles à une maltraitance institutionnelle.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio