Monde

Les talibans pakistanais derrière l'attentat manqué de Times Square?

Temps de lecture : 2 min

Un Américano-pakistanais de 30 ans a été mis en examen pour avoir essayé de faire exploser une voiture piégée à Times Square et a avoué avoir conduit le SUV (l'équivalent d'un 4x4) rempli d'explosifs qui y a été découvert samedi 1er mai au soir. Faisal Shahzad, qui a été naturalisé américain il y a un an, a confié aux agents du FBI qu'il a reçu un entraînement dans la confection de bombes au Waziristan, un repère d'insurgés aux Pakistan. Pourquoi est-il passé à l'acte?

La revanche, selon le New York Post. Selon les sources du journal, Shahzad a été témoin d'une attaque de drone américain qui a tué plusieurs leaders talibans lors d'un voyage récent de huit mois au Pakistan (d'autres affirment qu'il n'y est resté que cinq mois), et il voulait se venger.

Talibans pakistanais

Alors que les talibans pakistanais ont rapidement revendiqué l'attentat raté, les autorités américaines ont été presque aussi rapides à discréditer cette thèse considérée comme improbable. Mais les confessions de Shahzad et le fait qu'il a reçu plusieurs appels téléphoniques du Pakistan après avoir acheté le SUV qu'il allait transformer en voiture piégée les ont fait changer d'avis, et cette thèse est désormais la «piste privilégiée», comme l'a expliqué un officiel au Washington Post.

Il n'y a que peu d'organisations qui peuvent fournir un entraînement aux explosifs au Pakistan, et les talibans pakistanais en font partie. Selon Mark Hossenball de Newsweek, des responsables du contre-terrorisme pensent désormais qu'il pourrait y avoir une connexion avec les talibans pakistanais, mais certains ont du mal à croire en un attentat coordonné: son mode opératoire amateur ne correspond pas aux standards habituels du groupe. «Il n'a pas dû être un bon élève, ou il a peut-être raté quelques leçons», a ironisé un responsable américain. Il a notamment raté celle qui dit qu'il ne faut pas laisser les clés sur le contact de la voiture, comme le rapporte le New York Times.

L'armée pakistanaise n'y croit pas non plus, notamment parce que cela serait la première fois que les talibans pakistanais opèrent en dehors de l'Asie du sud. «Tout le monde peut revendiquer ce qu'il veut, mais on peut douter du fait que l'organisation ait une telle portée, a déclaré un porte-parole du chef de l'armée. Je ne pense pas qu'ils ont la capacité d'atteindre le niveau supérieur

Une vie ordinaire

Quoi qu'il en soit, il est clair que l'enquête a pris un tournant international, et au moins huit personnes ont été arrêtées au Pakistan. Mais la question qui demeure est: pourquoi un homme qui est aux Etats-Unis depuis plus d'une décennie a-t-il essayé de faire sauter une bombe à Times Square?

Il y a plusieurs interprétations de la vie de Shahzad. Le New York Times écrit qu'il semblait mener une vie ordinaire durant ses années américaines: il est «allé à l'école, eu un emploi stable, acheté et vendu de l'immobilier, et gardé son statut d'immigrant en règle». Le Los Angeles Times voit les choses sous un autre angle, soulignant que Shahzad a «eu du mal à trouver sa place aux Etats-Unis, accumulant les dettes et bougeant d'un quartier décrépit à l'autre». Il est décrit comme «un solitaire qui se faisait peu d'amis et ne laissait que peu de traces». Ce qui est clair, c'est que Shahzad est «financièrement en faillite», comme le confie un officiel au Wall Street Journal. Shahzad et sa femme ont abandonné une maison dans le Connecticut l'été dernier, incapables de payer l'emprunt-logement.

[Lire les articles sur nypost.com, washingtonpost.com, newsweek.com, nytimes.com]

À LIRE AUSSI SUR SLATE: «Les trois leçons à tirer de l'attentat manqué de Times Square» ; «Attentat raté à New York: pourquoi n'y a-t-il pas eu un autre 11-Septembre?» ; «Revendiquer un attentat raté: une fausse bonne idée?»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Faisal Shahzad, date inconnue, REUTERS/Ho New

Newsletters

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Hong Kong, Taïwan, jusqu'où peut aller Pékin?

Rétrocédé par le Royaume-Uni en 1997, Hong Kong garde depuis un statut à part –un pays, deux systèmes. Cela agace Pékin, qui aimerait reprendre le contrôle de la province où le mouvement pro-démocratie, en sommeil pendant la crise...

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

La génération Z pourrait être marquée durablement par le coronavirus

Un·e jeune âgé·e de 18 à 29 ans sur six a perdu son emploi depuis le début de l'épidémie.

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Au Venezuela, le Covid-19 sonne le signal du retour au pays

Frappées durement par le confinement dans les pays où elles se sont réfugiées, des dizaines de milliers de personnes n'ont d'autre choix que de rentrer, par tous les moyens.

Newsletters