Santé / Société

«Je me sens incapable d'aller voir une fille et de lui demander son numéro»

Temps de lecture : 3 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Alex, qui souffre de ne pas savoir communiquer avec les autres.

«Je me suis fermé à tout le monde et je suis devenu une personne très introvertie», regrette Alex. | Daniel Reche via Unsplash
«Je me suis fermé à tout le monde et je suis devenu une personne très introvertie», regrette Alex. | Daniel Reche via Unsplash

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Je me suis rendu compte il y a peu que j'avais un énorme problème de communication avec la totalité des gens qui m'entourent: mes amis, ma famille, mes collègues de travail. Je crois que je n'arrive vraiment pas à les comprendre et qu'eux ne me comprennent pas non plus. J'ai 22 ans aujourd'hui. Le suicide de mon père lorsque j'étais assez jeune (11 ans) m'a totalement détruit psychologiquement. Je pense que ça a annihilé ma capacité à faire totalement confiance à quelqu'un. Je me suis fermé à tout le monde et je suis devenu une personne très introvertie. Je ne parle jamais du moindre problème à qui que ce soit, tout simplement car cela fait une dizaine d'années que je souffre en silence.

À l'heure actuelle je n'ai ni passion, ni sport, ni réelle activité excepté les soirée que je passe avec mes amis le week-end. Je ne rigole presque pas, j'ai l'impression d'avoir perdu l'étincelle de vie qui fait d'une personne ce qu'elle est. Ma seule envie est d'avoir une copine et de pouvoir apprendre à l'aimer correctement. Mais je me sens incapable d'aller voir une fille et de lui demander son numéro, car je me dis que même si je réussissais à l'avoir, je ne saurais pas comment me comporter avec elle. Quoi lui dire? Comment m'y prendre? J'observe certains couples d'amis qui se font et se défont naturellement comme si tout était facile. Je me demande sincèrement si je serais capable de devenir une personne heureuse et épanouie un jour. Cette question me parasite l'esprit que je sois dans mon lit ou au travail. Je ne sais plus quoi faire.

Alex

Cher Alex,

Permettez-moi d'être un peu directe: faites-vous une thérapie? Je pense que vous pourriez gagner à avoir un espace où vous exprimer librement et laisser sortir de vous ces questions qui vous hantent. Parce que je crois que c'est de ça dont il est question ici. Je sais que dans les moments où je vais le plus mal, je me contente de «spiraler» sur une idée pendant des heures sur un sujet, juste allongée dans mon lit en regardant le plafond. Je pense à tout ce que je rate, tout ce que je ne ferai plus jamais, tout ce qui prouve que ma vie est un échec et que je vais droit dans le mur. Dans ces cas-là, je ne suis plus capable de bouger ou de ne rien faire d'autre. La force de ces pensées négatives me cloue au matelas. Je suis comme écrasée par la pesanteur de cette négativité. Comme vous, quand vous entrez dans une forme de mutisme en soirée avec vos proches.

Avoir envie d'être avec une femme dans votre vie et devenir une personne épanouie sont des pulsions de vie. Vous avez envie de vivre et d'être heureux. Et même de participer au bonheur et à l'épanouissement de quelqu'un d'autre. Vous êtes capable de voir le soleil derrière les nuages noirs et ça, c'est important. C'est mon cas aussi quand je ne suis pas en train de spiraler. C'est pour ça que je vous conseille de parler à quelqu'un qui ne se dédie qu'à cette tâche dans votre vie. Pas un ami, pas un proche mais un ou une professionnelle. C'est une façon efficace de concentrer les pensées parasites sur un endroit, une heure précise. On n'y arrive pas du premier coup ou totalement la première semaine. Cet exercice difficile va vous permettre de reprendre progressivement le contrôle sur votre vie.

Quand on est une personne épanouie, on n'y pense même pas. Ce n'est pas une couverture qui nous enveloppe. C'est quelque chose de plus léger, presque impalpable. Peut-être que sur certains points vous êtes déjà épanoui, que vous avez déjà accompli des choses. Vous semblez avoir autour de vous un groupe d'amis. Vous vous fermez actuellement à eux. Vous parlez de votre travail. Il y a quelque chose dans votre vie, Alex. Je vous le dis parce que ça m'arrive aussi de l'oublier. Quand je me le rappelle, je parviens à changer complètement d'état d'esprit. Je me mets à penser aux échecs et puis je réalise à quel point je suis bien entourée. Je me focalise sur cette idée et cette chance. Les nuages n'ont même pas le temps d'obscurcir mon ciel qu'ils sont déjà en train de se dissiper. C'est quelque chose que vous pourriez réussir à faire, grâce à la thérapie, parce que vous n'avez pas rien dans votre vie, vous êtes déjà accompagné. Je vous le souhaite de tout cœur en tout cas.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

Aux États-Unis, pleurer chez le docteur peut vous coûter 40 dollars

C'est normalement le montant à payer pour une «brève évaluation émotionnelle et comportementale». Mais dans le cas d'une internaute, ce prix semble loin d'être justifié.

La dose!

La dose!

Un singe en été

Un singe en été

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio