Monde

Des barrages de cheveux anti-pétrole

Slate.fr, mis à jour le 05.05.2010 à 12 h 34

Laissez-vous tenter par une coupe courte, c'est le moment! Mais surtout, n'oubliez pas d'envoyer une boîte de vos cheveux coupés en Louisiane... elle vous sera reconnaissante de contribuer à l'effort contre la marée noire qui va ruiner ses côtes.

Et oui, les cheveux ont une étonnante capacité à retenir le pétrole, explique un article de fastcompany. Partant de ce principe, l'association Matter of Trust s'est mise à demander aux salons et commerçants des Etats-Unis d'envoyer dans des boîtes les cheveux et le nylon récupérés pour qu'ils servent à la fabrication de barrages et de barrières flottantes qui aspirent le pétrole.

400.000 livres (environ 182 tonnes) de cheveux ont été collectés jusqu'à présent (chaque jour, 300.000 livres de cheveux sont coupés aux Etats-Unis, nous apprend également le Huffington Post). Lisa Gautier, présidente de Matter of Trust, interrogée par fastcompany.com parle du processus comme d'une évidence:

Tout simplement, on prend les nylons, on les remplit de cheveux, et on les transforme en barrage. Parce que c'est une situation d' urgence, tous les salons répertoriés sur notre site reçoivent des mails avec l'adresse postale où envoyer des boîtes de cheveux directement aux personnes qui fabriquent les barrages sur place, près des plages

La solution est frappante, mais elle n'est pas la seule, loin de là. Bien sûr, les initiatives se multiplient, à commencer par celles de BP, lentes à se mettre en place selon Ariel Schwartz, l'auteur de l'article.
«Si BP met autant de temps pour s'occuper de la marée noire, c'est qu'on utilise à peu près la même technologie de nettoyage depuis 40 ans», explique-t-il avant de nuancer: «Toutes les techniques ne sont pas vieilles, mais elles ne sont pas vérifiées et certaines sont dangereuses.»

Par exemple, BP a commencé à utiliser des dispersants chimiques sur la surface de l'eau pour «casser» les plaques de pétrole. Mais ce produit contient un produit toxique capable de tuer des poissons et d'autres espèces marines «précisément ce que les dispersants tentent de protéger». Les dispersants s'étaient aussi avérés toxiques... en 1967, pour lutter contre la marée noire du Torrey-Canyon.

Une autre idée, celle d'un «dôme sous-marin» a été envisagée. Des ingénieurs de BP tentent de construire un gigantesque dôme pour «piéger» le pétrole et l'empêcher d'atteindre la surface. Mais d'après Fastcompany, on ne peut pas parier sur le succès de cette nouvelle technologie qui n'a jamais été utilisée en eaux si profondes.

Mis à part celle des barrages flottants remplis de cheveux, une autre technique semble obtenir les faveurs fastcompany.com: celle d'une détection aérienne développée actuellement par le Minerals Management Services, qui permet de distinguer à l'aide de «vagues de lumière» les couches de pétrole fines des plus épaisses, afin de pouvoir s'attaquer aux secondes plus efficacement.

Mais, quelles que soient les techniques employées, pas de miracle:  aucune ne peut stopper ni ralentir la marée elle-même, seuls les dégâts seront limités.

[Lire l'article de Fastcompany]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Hair / hansvanderberg30 via Flickr CC License by
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte