Sciences / Monde

Des moustiques génétiquement modifiés vont être lâchés en Floride

Temps de lecture : 2 min

Ils ont été créés pour s'accoupler avec les femelles piqueuses et engendrer une nouvelle génération qui ne peut pas survivre.

Ces moustiques sont non piqueurs et doivent s'accoupler avec les femelles piqueuses. | Jimmy Chan via Pexels 
Ces moustiques sont non piqueurs et doivent s'accoupler avec les femelles piqueuses. | Jimmy Chan via Pexels 

Soigner le mal par le mal. La Floride s'apprête à relâcher dans les semaines à venir, près de 144.000 moustiques mâles génétiquement modifiés, rapporte un article de NBC News. Le but de cette initiative scientifique est de lutter contre les moustiques Aedes aegypti, qui propagent des virus tels que la dengue, le Zika, la fièvre jaune, ainsi que le ver du cœur aux animaux de compagnie.

Pas d'inquiétudes, ces moustiques conçus par la société britannique Oxitec, sont non piqueurs. Ils ont simplement été créés pour s'accoupler avec les femelles piqueuses et dont la progéniture ne peut pas survivre. Un moyen radical de contrôler la population de ces insectes. Et pour cause, si l'espèce Aedes aegypti ne représente que 4% de la population de moustiques dans les Keys, un archipel d'îles situé en Floride, elle est responsable de la quasi-totalité des maladies transmises à l'homme.

«Comme nous constatons le développement d'une résistance à certaines de nos méthodes de lutte actuelles, nous avons besoin de nouveaux outils pour combattre ce moustique», indique Andrea Leal, la directrice exécutive du Florida Keys Mosquito Control District (l'organisme qui contrôle les moustiques dans les Keys), dans un communiqué de presse.

Une méthode efficace

Après des années de planification, le projet a été approuvé par l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis, par un conseil consultatif des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies et par le Florida Department of Agriculture and Consumer Services (le département du gouvernement de la Floride consacré à l'agriculture et aux consommateurs).

La méthode a déjà fait ses preuves il y a quelques années, lorsque le virus Zika présent en Asie et en Afrique, a commencé à se propager sur le continent américain. Avant la Floride, l'entreprise Oxitec avait lancé en 2016, une expérience similaire, mais à petite échelle, dans la ville de Piracicaba au Brésil. Les résultats ont montré que les moustiques génétiquement modifiés réduisaient les populations de moustiques Aedes aegypti de 80%.

Ce n'est également pas la première fois que les autorités de cet État américain autorisent de nouvelles méthodes pour éradiquer cette espèce de moustique. Des moustiques mâles porteurs d'une bactérie appelée Wolbachia, qui rendait leur progéniture non-viable avaient été libéré à Key West en 2017 puis à Miami en 2018.

Newsletters

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Une découverte majeure pourrait faire gagner dix ans de recherche sur le cancer de la prostate

Le problème de résistance des cellules cancéreuses aux thérapies anti-hormonales a enfin une solution.

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Le Monkeypox peut toucher n'importe lequel d'entre nous

Alors que le virus, improprement appelé «variole du singe», se diffuse de manière inhabituelle en Europe, il est nécessaire de mettre en place des stratégies viables pour tenter de stopper l'épidémie.

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

Mon Europe à moi: «L'UE doit poursuivre ses efforts pour lutter contre la perte de biodiversité»

L'Union européenne semble se focaliser sur la réduction des émissions de dioxyde de carbone. Quitte à oublier la perte de biodiversité massive.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio