Culture

Quel produit de consommation courante les Gaulois nous ont-ils laissé?

Temps de lecture : 2 min

On l'appelait autrefois «l'or blanc» car c'était un produit de première nécessité.

Marsal (Moselle), site de «Pransieu», 2003. Fourneau à saumure en cours de fouille. | Projet Briquetage de la Seille via INRAP
Marsal (Moselle), site de «Pransieu», 2003. Fourneau à saumure en cours de fouille. | Projet Briquetage de la Seille via INRAP

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Quelles traces les Gaulois ont-ils laissées?»

La réponse d'Isabelle Rentier, professeure d'anglais:

Eh bien, on peut dire qu'ils nous ont laissé un produit de consommation courante car les Celtes furent les premiers à le produire de manière industrielle, à le commercialiser, à le considérer comme un moyen de s'enricher. En témoignent les résultats de fouilles archéologiques et de recherches historiques effectuées dans la région autrichienne, où la culture de Hallstatt s'est developpée entre 1.200 et environ 500 avant J.-C.: l'or blanc… Le sel. «Sala» ou «salo» en gaulois (nom féminin alors que le mot latin «sal» est masculin).

La Lorraine, un bassin de l'or blanc

En Gaule, où des tribus celtes s'étaient installées, on trouvait et produisait aussi de l'or blanc. Je ne m'intéresserai ici qu'à la Lorraine, encore aujourd'hui première productrice de sel (50.000 tonnes par an) et où subsiste la dernière mine de sel en activité, à Varangeville, près de Nancy.

D'ailleurs, dans la région, on trouve dans une bande de terre de 70 kilomètres de longueur et 25 kilomètres de largeur, entre les rivières Meurthe, Moselle et Sarre, des noms de lieux évoquant le sel: Château-Salins, Rosières-aux-Salines, non loin de Nancy, ou encore Marsal, Salonnes, Salival, Ley. Y coule aussi une rivière importante au nom évocateur: la Seille.

Sur cette étendue, une couche souterraine de sel allant de la Franche-Comté à la Lorraine affleure à travers sources et mares salées et l'eau y est deux à trois fois plus salée que la mer.

La technique du briquetage

Les saliniers gaulois utilisaient la technique de cuisson de la saumure, dite du briquetage, qui nécessitait:

  • Une installation d'évaporation passive qui concentre la saumure.
  • Des citernes en terre, en cailloux tapissés d'argile pour stocker la saumure. Naissent alors plusieurs villages comme Vic-sur-Seille (Vicus Bodatius), Moyenvic (Medianus Vicus) et Marsal (Marosalum).
  • Du bois comme combustible en grande quantité.
  • Des fourneaux en terre avec des structures spéciales, en terre également, pour supporter les godets de saumure.

L'importance du sel à cette époque (et plus tard) pour conserver les aliments eut des répercussions économiques et historiques sur la région. Les conséquences furent aussi environnementales puisqu'il en résulta un déboisement de vallée et l'entassement de briques qui conduisirent à l'assèchement de marais et la constuction d'îlots d'habitations. S'y sont développées des plantes halophyles («Halo» est le mot grec pour sel). La salicorne en fait partie. Elle est protégée par le programme Natura.


Salonnes (Moselle) site de «Burthecourt», 2005. Fourneaux à sel en cours de fouille. | Projet Briquetage de la Seille via INRAP

La technique du briquetage était aussi utilisée dans d'autres régions de la Gaule et d'autres peuples connaissaient le sel, comme les Hébreux et les Chinois. Mais l'industrialisation et la commercialisation à grande échelle nous vient des Celtes et dans le territoire qui sera plus tard la France, des Gaulois.

A noter qu'à leur arrivée, les Romains changèrent la méthode de production de sel, mais c'est une autre histoire.

Newsletters

Le «Louvre du cul», bijou caché de la Païva, à découvrir pendant les Journées du patrimoine

Le «Louvre du cul», bijou caché de la Païva, à découvrir pendant les Journées du patrimoine

Surnommé ainsi par les frères Goncourt, l'hôtel particulier de la Païva, courtisane, espionne et milliardaire, est aussi inouï que le destin de sa fondatrice, née dans le ghetto juif de Moscou.

«Killer Social Club»: la fiction sonore immersive sur les traces d'une organisation criminelle

«Killer Social Club»: la fiction sonore immersive sur les traces d'une organisation criminelle

Le podcast, porté par Vincent Elbaz, Mathieu Kassovitz et Geneviève Doang, est diffusé en exclusivité sur la plateforme payante Audible.

Tolkien, visionnaire, se souciait déjà des réfugiés climatiques

Tolkien, visionnaire, se souciait déjà des réfugiés climatiques

L'acuité de la fiction de l'écrivain britannique nous permet de réfléchir au sort actuel des réfugiés environnementaux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio