Economie

Grèce: l'Europe a aggravé la crise

Marie-Laure Cittanova , mis à jour le 06.10.2010 à 16 h 49

Une action décidée aurait coupé court à la spéculation et le coût financier et social aurait été bien moindre pour Athènes.

Il est certes un peu tôt, mais on peut tout de même tirer un premier bilan de la crise grecque et de la façon dont l'Europe -flanquée du FMI (Fonds monétaire internationale)- a répondu. On peut dire avec certitude, comme Lorenzo Bini Smaghi, administrateur italien de la BCE, dans une tribune publiée par le Corriere della Sera, que l'Europe a répondu avec retard. Et ajouter avec Christine Lagarde que plus on attend, plus cela coûte.

Traduire: un engagement de prêter une centaine de milliards d'euros à la Grèce pris en janvier ou février aurait très certainement cassé la spéculation. Ces prêts -car il ne s'agit en aucun cas de subventions- n'auraient peut être même pas été utilisés dans leur totalité, car si l'Europe avait paru déterminée, les marchés n'auraient pas insisté, les taux d'intérêt grecs auraient baissé et Athènes aurait pu trouver des refinancements sur les marchés. Evidemment, le gouvernement grec n'aurait sans doute pas dans ces conditions pris des mesures de redressement aussi sévères. Mais cela aurait limité la récession grecque, qui verra cette année son produit national brut reculer de 4%, chiffre à comparer au -0,3% prévu en janvier, lors de l'adoption du premier plan grec.

Une action décidée envers la Grèce aurait pu en outre dissuader les marchés d'appuyer là où cela fait mal et d'attaquer, après la Grèce, les autres maillons faibles de l'Eurozone... Aujourd'hui, rien ne dit qu'ils ne tenteront pas l'aventure. Et dans ce cas, l'Europe n'aura d'autre choix que d'apporter encore son soutien aux pays attaqués. Enfin, une action plus rapide aurait pu permettre de gagner du temps: les marchés auraient eu moins d'arguments pour exiger que les états diminuent très vite leur dette publique alors que l'on sort à peine d'une crise financière qui nécessite l'utilisation des stabilisateurs automatiques.

Comment éviter un effondrement de l'activité plus grave encore si l'on taille dans les dépenses sociales en faveur des chômeurs? Or les économies développées se trouvent précisément placées en ce moment devant ce dilemme: soutenir la demande interne en aidant les ménages et les entreprises ou mener des politiques de remise en ordre budgétaire. Mieux aurait valu éviter de se trouver contraint par la mauvaise gestion d'une crise mineure -il faut rappeler que la Grèce ne représente que 2% du Pib européen...- à presser le mouvement. Aujourd'hui, les économistes sont nombreux à dire qu'il est urgent de restreindre la dépense publique, mais la crise grecque a augmenté l'inquiétude et risque de forcer les gouvernements à agir plus tôt que prévu.

Comme le dit encore Lorenzo Bini Smaghi, «Cette crise peut servir à pousser les états, pendant qu'il en est encore temps, à assainir leurs comptes publics, et l'Europe à se doter d'institutions plus efficaces».

Mais justement, sur le plan des institutions européennes, l'Union aura-t-elle encore la force de réagir et de renforcer sa cohésion? On le verra après le 9 mai, lorsque les élections clé en Allemagne seront passées. La  crise grecque a démontré que les 27 pays de l'Union sont contraints à l'Union. La suite logique du plan de soutien à la Grèce serait donc de réfléchir à des mécanismes d'aide et à un renforcement de la coordination dans la zone euro. D'autant plus que, avec le plan d'aide, tous les états membres de l'euro sont désormais en charge de l'ensemble de la dette publique européenne. La tragédie grecque aura peut être alors permis à l'Union européenne de surmonter ses tentations centrifuges pour resserrer les rangs. Peut être -mais seulement peut-être - les Européens unis diront-ils un jour merci à la crise grecque...

Marie-Laure Cittanova

LIRE EGALEMENT SUR LE MEME SUJETEgoïste dette souveraine, par Jacques Attali; Les agences de notation complices de la spéculation; L'euro est-il condamné?; Grèce-Allemagne: la cigale et la fourmi.

 

Image de Une: Une bannière devant l'Acropole «Peuples d'Europe, levez-vous» Pascal Rossignol / Reuters

 

Marie-Laure Cittanova
Marie-Laure Cittanova (35 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte