Égalités / Monde

Disney supprime les références au genre de son code vestimentaire

Temps de lecture : 2 min

Le groupe adopte une politique vestimentaire plus inclusive pour le personnel des parcs américains.

Les hommes qui travaillent dans les parcs Disney pourront désormais porter du vernis à ongles. | Miranda Campbelle via Unsplash
Les hommes qui travaillent dans les parcs Disney pourront désormais porter du vernis à ongles. | Miranda Campbelle via Unsplash

Un «look Disney» plus inclusif. Les références au genre ont été supprimées du code vestimentaire des employés de Disney –l'un des plus stricts du monde de l'entreprise–, qui réglemente la façon dont les membres de l'équipe doivent se présenter au travail, rapporte un article du New York Post. Ces nouvelles directives américaines permettent aux «cast members [membre du personnel, ndlr] d'être plus fiers de ce qu'ils sont», peut-on lire dans le code de 2021.

Le groupe autorise désormais le personnel de ses parcs à thème à porter le costume de leur choix. Par ailleurs, les hommes n'ont plus à respecter une longueur de cheveux précise et peuvent porter du vernis à ongles, interdit jusque-là. Autre changement majeur: les employés ont maintenant le droit d'avoir des tatouages visibles. Ces nouvelles règles entreront en vigueur lors de la réouverture des parcs Disneyland à Orlando et de Disney California Adventure, le 30 avril prochain.

«Nous voulons que nos invités voient leurs propres origines et traditions reflétées dans les histoires, les expériences et les produits qu'ils rencontrent dans leurs interactions avec Disney», écrit Josh D'Amaro, président des parcs, des expériences et des produits Disney, dans un communiqué intitulé «Un endroit où tout le monde est le bienvenu». «Et nous voulons que nos cast members et les futurs cast members aient un sentiment d'appartenance au travail», poursuit-il.

Une réflexion plus large

Si ces nouvelles normes sont une révolution, elles sont tout de même réglementées. Les ongles doivent être de la même couleur et sans ornements. Les tatouages plus grands qu'une main, sur le visage, la tête, le cou, comportant un message offensant ou de la nudité sont toujours interdits. Disney maintient également l'interdiction des couleurs de cheveux vives comme le bleu, le rose et le vert. Seules les couleurs de cheveux naturelles sont autorisées.

Ces changements font partie d'une réflexion plus large au sein de l'entreprise souvent critiquée. Disney a notamment prévu de mettre à jour son attraction «Jungle Cruise» en supprimant les stéréotypes raciaux sur les autochtones, ainsi que «Splash Mountain», inspiré du film Song of the South, également jugé raciste. Et pour la première fois, la compagnie va dédier une attraction à une princesse noire, Tiana, du dessin animé La princesse et la grenouille.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Le monde change, et nous allons changer avec lui, et continuer à être une source de joie et d'inspiration pour le monde entier, affirme Josh D'Amaro. Nous ne cesserons jamais de travailler pour faire en sorte que Disney soit un lieu accueillant pour tous.»

Newsletters

Comment filmer les féminicides?

Comment filmer les féminicides?

Entre «La Nuit du 12», «Les Nuits de Mashhad» et «Riposte féministe», tous trois présentés au Festival de Cannes, plusieurs visions et représentations de la violence sexiste s'opposent.

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les journalistes afghans se masquent en solidarité avec leurs consœurs

Les talibans exigent désormais que les journalistes femmes se dissimulent le visage.

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Pour Libusha Reich Breder, l'après-Auschwitz était «encore pire»

Cette survivante qui figurait parmi les 999 premières déportées d'Auschwitz voulait «vivre 120 ans pour en parler le plus longtemps possible».

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio