Santé

«Il passe toutes ses journées chez sa maîtresse mais le soir, il rentre manger»

Temps de lecture : 4 min

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Paulette, dont l'ex-compagnon infidèle continue à profiter financièrement.

«Que dois-je faire? Ne plus lui donner d'argent? Divorcer? Vendre la maison?» | Eric Ray via Flickr
«Que dois-je faire? Ne plus lui donner d'argent? Divorcer? Vendre la maison?» | Eric Ray via Flickr

«C'est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c'est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast», dont vous pouvez retrouver les épisodes ici.

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c'est par là.

Chère Lucile,

Cela fait plus de 35 ans que je suis mariée à un homme que j'ai connu très jeune, au sortir du lycée. Nous avons quatre enfants, tous déjà partis de la maison. Aujourd'hui, j'ai 55 ans et plus aucune envie de sexe. Cela devient un calvaire. Mon mari, 59 ans, est toujours actif et ne comprend pas que je n'ai plus envie. Il faut dire que je n'ai jamais été portée sur la chose depuis toujours, et ce manque d'envie de ma part était souvent la source de nos conflits. Maintenant, c'est encore pire, et la ménopause n'aide pas…

La découverte de son infidélité nous a conduit à la séparation. Il a décidé de se prendre une maîtresse pour assouvir ses besoins de sexe, mais avec le temps, il s'est attaché à elle, ce qui fait que tout est vraiment fini entre nous. Mais nous partageons le toit conjugal, la maison que nous avions achetée ensemble.

Mon ex-compagnon n'a ni travail ni revenu. Il vit grâce à moi, car je lui donne quelques centaines d'euros afin qu'il subvienne à ses petits besoins. Il passe toutes ses journées chez sa maîtresse, mais le soir, il rentre manger et dormir à la maison.

Je n'ai plus de sentiments à part de la pitié pour lui. Mais lui, il a du mépris pour moi. Que dois-je faire? Ne plus lui donner d'argent? Sinon, il va se retrouver sans le sou! Divorcer? Vendre la maison? Je n'ai pas envie de la vendre, j'aimerais la garder. Lui ne parle ni de divorcer ni de vendre la maison. Aidez-moi.

Paulette

Chère Paulette,

Évidemment que cet homme ne parle ni de divorcer ni de vendre la maison! La situation est bien trop confortable pour lui. Imaginez que vous subvenez à tous ses besoins matériels et qu'en plus, il vit à côté une relation avec une femme qui lui donne ce qu'il désire au niveau sexuel. Pourquoi chercherait-il à se mettre en danger en divorçant? Cet homme se comporte comme un enfant et est pris en charge par vous comme tel. Mais la vérité, c'est que c'est un adulte qui est responsable de ses actes. Vous n'avez donc pas à vous soucier de son bien-être ou de sa subsistance depuis que vous êtes officiellement séparés.

Ce dont vous avez besoin tout d'abord, c'est de faire la liste des choses qui vous importent pour votre bonheur et votre avenir. C'est normal qu'aujourd'hui tout soit entremêlé dans votre tête entre vos besoins, ceux de votre ex-mari, ce qui serait le meilleur pour vous et ce qui serait le plus simple pour lui. Qu'est ce qui vous importe vraiment pour la suite? Garder la maison? Vous assurer une vie sereine? Votre liberté? Selon vos réponses à ces questions, un plan de bataille va s'imposer. Comment arriver à vos fins? Parfois, cela nécessitera une simple conversation. Parfois, cela pourra être nécessaire de faire intervenir un conseil extérieur, avocat, conseil conjugal, psychologue spécialisé dans la thérapie de couple.

Mais vous devez d'abord prendre conscience que vous ne lui devez rien. Vous avez fait le nécessaire pour son bonheur durant le temps de votre relation et tout ça est derrière vous maintenant. J'imagine que l'argent que vous lui donnez pour vivre sa vie, et la patience dont vous faites preuve en acceptant de partager encore le même toit que lui, sont dûs en partie à la culpabilité que vous ressentez à ne pas avoir pu lui donner la vie sexuelle dont il rêvait avec vous. Mais je veux être très claire avec vous: vous ne lui devez rien sur ce sujet. Et vous ne lui deviez rien quand vous étiez ensemble. Parfois, les libidos ne s'accordent pas, que ce soit par nature ou à cause des bouleversements de la vie. Cela n'a aucun rapport avec les sentiments que l'on voue à l'autre, ni au respect qu'on lui doit.

Cet homme a décidé que son plaisir sexuel avait plus d'importance que tout ce que vous avez pu partager et construire ensemble. Il a fait de votre libido, qui est ce qu'elle est, une source de conflits et de reproches. Il n'y a pas de respect ici. Profiter du domicile conjugal tout en vivant sa vie avec votre argent n'est pas non plus une preuve de respect. Pour qui se prend-il donc? Il profite uniquement d'une culpabilité qu'il a créée de toutes pièces, et ça relève de la manipulation, ou a minima de la malveillance.

Pensez à vous, Paulette. Coupez-lui les vivres pour profiter pleinement de l'argent que vous gagnez, trouvez des conseils pour organiser la suite de votre vie de la manière la plus douce possible pour vous. Vous rendez-vous compte de ce que vous devez traverser pour expier votre manque de désir? Moi, je vous dis que c'est votre droit de ne pas être active sexuellement. Et que cela ne justifiera jamais qu'on vous manque de respect. Posez la première pierre de votre nouvelle vie, Paulette. Et foutez-le dehors de ma part. Il m'est avis que ce personnage trouvera toujours à retomber sur ses pattes de toute façon.

«C'est compliqué», c'est aussi un podcast. Retrouvez tous les épisodes:

Newsletters

La stratégie vaccinale néo-zélandaise dépend des gangs

La stratégie vaccinale néo-zélandaise dépend des gangs

Sans eux, la couverture ne pourrait être complète.

Quand pourra-t-on dire que la pandémie de Covid-19 est terminée?

Quand pourra-t-on dire que la pandémie de Covid-19 est terminée?

Si une partie de la réponse est d'ordre sanitaire ou scientifique, une autre se situe dans nos représentations sociales.

Les «chiens de thérapie» font fureur sur les campus américains

Les «chiens de thérapie» font fureur sur les campus américains

Ces animaux aident les étudiants à surmonter leur stress.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio