France

Pierre Menès nie être impliqué dans l'affaire Zahia D.

Slate.fr, mis à jour le 03.05.2010 à 22 h 14

De nouveaux noms vont-ils venir gonfler la liste des footballeurs impliqués dans l'affaire Zahia D.? C'est en tout cas ce qu'affirme le 10 Sport. Dimanche, le site du quotidien sportif s'est risqué à avancer celui du joueur marseillais Mathieu Valbuena, et la rédaction est même allée plus loin. En citant «des sources proches du dossier», elle soutient que des journalistes seraient impliqués dans le scandale de mœurs qui secoue l'Equipe de France depuis deux semaines. Ainsi, Pierre Ménès, consultant star de Canal+ et totem de l'analyse footballistique au mortier, serait convoqué par les enquêteurs dans les jours qui viennent pour être entendu.

Accusé, le journaliste a immédiatement répliqué sur son blog Yahoo!, particulièrement fréquenté après les matchs de Ligue 1 du week-end:

Un site Internet a cru bon d'annoncer que j'allais être entendu comme témoin dans la désormais célèbre "Affaire Zahia". J'ai déjà réagi dimanche sur le blog et pendant le CFC, mais je tenais à vous en parler directement, à vous mes blogueurs. J'ai essayé de prendre ce sombre épisode sur le mode de l'humour, mais avec un peu de recul ça me fait quand même moyennement marrer, ne serait-ce que pour les répercussions que ça peut avoir sur ma famille et mes amis.

Dans la foulée, Ménès assure qu'il «n'a jamais mis les pieds au Zaman Café» et «n'a jamais eu le plaisir de rencontrer cette demoiselle». Tout juste concède-t-il qu'il a pu la croiser sans le savoir, en soulignant qu'il est «difficile de se souvenir de quelqu'un dans une soirée où il y a 2.000 personnes». Dans la foulée, il avance une raison logistique qui, si elle ne le lave pas de tout soupçon, devrait l'empêcher d'être auditionné: il s'apprête à partir en Afrique du Sud en compagnie de son collègue du Canal Football Club, Hervé Mathoux, pour y tourner des sujets en vue de la Coupe du Monde.

Passées les justifications, Pierre Ménès révèle que son avocat va déposer une plainte en diffamation dès lundi. Il laisse également entendre que son passif à L'Equipe et une volonté de nuire pourraient être à l'origine de cette rumeur, puisqu'il prétend connaître le rédacteur en chef de ce «torchon», et ne pas s'étonner que «cette saloperie vienne de là-bas» (du 10 Sport).

Le 21 avril, au premier soir de la rumeur, le journaliste avait préféré ne pas faire de commentaire, refusant de se lancer «dans la course à l'échalote». Pour évacuer la polémique, il avait écrit ces quelques mots, selon la formule consacrée: «Cela ne nous... re-garde pas!»

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Capture d'écran du blog de Pierre Ménès

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte