Égalités / Monde

En Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres différents

Temps de lecture : 2 min

Dans la société bugis, les makkunrai, les oroani, les calalai, les calabai et les bissu correspondent à cinq façons d'être au monde.

Les Bugis sont le plus grand groupe ethnique du sud de l'île de Célèbes. | Yenn Koh via Unsplash
Les Bugis sont le plus grand groupe ethnique du sud de l'île de Célèbes. | Yenn Koh via Unsplash

Une culture unique. À Célèbes, une île du nord de l'Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres distincts au sein de sa société. Appelés les Bugis, ils sont le plus grand groupe ethnique du sud de l'île. Même s'ils ne représentent que six millions des 270 millions d'habitants du pays, les Bugis sont très influents, politiquement, économiquement et culturellement. Mais c'est avant tout leur organisation inédite de la société qui fait parler d'eux.

«Les Bugis ont des mots pour désigner cinq genres, qui correspondent à cinq façons d'être au monde», explique à la BBC Sharyn Graham Davies, anthropologue à l'université Monash à Melbourne. Il y a les makkunrai, les oroani, les calalai, les calabai et les bissu. Les deux premiers genres correspondent aux concepts occidentaux de femme cis et d'homme cis, détaille l'anthropologue.

Les calalai, eux, naissent avec un corps de femme, mais assument des rôles traditionnellement masculins: ils peuvent porter des chemises et des pantalons, fumer des cigarettes, avoir les cheveux courts et exercer des métiers manuels. À l'inverse, les calabai sont nés avec un corps d'homme mais ont des rôles féminins, portent des robes et du maquillage et ont les cheveux longs. «De nombreux calabai travaillent dans des salons de beauté, précise Neni, un calabai du village de Segiri. Nous aidons également à planifier les mariages et nous nous produisons lors des cérémonies.»

Une conception qui se heurte à la religion

Le cinquième et dernier genre est le bissu. Ni féminin ni masculin, ces personnes incarnent le pouvoir des deux à la fois et sont considérées comme des être spirituels, rapporte la BBC. «On dit que lors de leur descente du ciel, les bissu ne se sont pas divisés pour devenir des hommes ou des femmes, comme la plupart des gens, mais sont une union sacrée des deux», indique Sharyn Graham Davies. Les bissu, qui ont également un rôle de chaman, sont reconnaissables grâce à leurs habits: ils portent souvent des fleurs, un symbole traditionnellement féminin et le poignard keris, associé aux hommes.

Si les calabai et les calalai sont largement acceptés, voire considérés comme ayant un rôle important depuis le milieu du XXe siècle, l'ensemble de la société indonésienne est moins tolérante sur la question de la non-binarité du genre, explique l'article de la BBC. À partir des années 1950, la communauté LGBT+ a d'ailleurs subi une vague d'attaques violentes. La conception du genre des Bugis se heurte également à l'islam, la religion majoritaire. Par exemple, de nombreux calalai et calabai sont partagés entre le fait que leur style de vie et leur sexualité sont des péchés et qu'ils sont comme ils sont parce qu'Allah l'a voulu, analyse l'anthropologue.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Les bissu, calalai et calabai connaissent beaucoup de stigmatisation et de discrimination, qui augmentent malheureusement en même temps que l'affirmation de l'islam politique, affirme Sudirman Nasir, un Bugi qui travaille dans le domaine de la santé publique dans la province de Sulawesi Sud. L'avenir de ces personnes persécutées n'est pas très prometteur.»

Newsletters

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio