Politique / Monde

L'Irlande du Nord renoue avec la violence

Temps de lecture : 2 min

Depuis l'accord du Vendredi saint de 1998, unionistes et nationalistes réussissaient à cohabiter. Le Brexit a remis le feu aux poudres.

À Belfast, des émeutiers se sont affrontés le long de la «peace line», la ligne de paix qui divise les quartiers unionistes et nationalistes. | Paul Faith / AFP
À Belfast, des émeutiers se sont affrontés le long de la «peace line», la ligne de paix qui divise les quartiers unionistes et nationalistes. | Paul Faith / AFP

Depuis début avril, l'Irlande du Nord renoue avec de vieux démons. La semaine dernière, des troubles ont éclaté au milieu de tensions liées au Brexit et à la colère d'unionistes furieux que la police ait décidé de ne pas poursuivre des membres du Sinn Féin qui avaient enfreint les règles sanitaires liées au Covid pendant l'enterrement d'une ancienne personnalité de l'IRA, Bobby Storey, l'année dernière.

À Belfast, des émeutiers se sont affrontés le long de la «peace line», la ligne de paix au nom si ironique, qui divise les quartiers unionistes (à majorité protestante, fidèles à la couronne britannique) et nationalistes (à majorité catholique, aspirant à une réunification de l'Irlande). Un bus a été incendié, des cocktails molotov ont fusé. À Londonderry (ou Derry, pour la communauté catholique), lieu hautement symbolique depuis le Bloody Sunday de 1972, des voitures ont été incendiées.

Le Premier ministre de la République d'Irlande, Micheál Martin, a condamné ces violences et appelé les deux gouvernements à «travailler ensemble pour désamorcer les tensions et restaurer le calme». Boris Johnson, Premier ministre britannique, s'est dit «profondément inquiet» face aux scènes de violence.

«Les choses pourraient dégénérer»

La tension monte en Irlande du Nord depuis le vote du Brexit et l'éventualité d'un retour d'une frontière entre les deux Irlande, la britannique au nord et la république indépendante, au sud, restée dans l'Union européenne. Cette absence de frontière avait justement été un des éléments clés de l'accord du Vendredi saint de 1998 qui avait mis un terme à une trentaine d'années de violences.

Dans le cadre du Brexit, le Northern Ireland Protocol n'a finalement pas rétabli cette frontière terrestre entre les deux Irlande mais en a créé une autre, de facto, en mer d'Irlande, soumettant les marchandises venant de Grande-Bretagne à destination de l'Irlande du Nord à des vérifications douanières de l'UE. Les unionistes considèrent cette solution comme une trahison et un abandon de la part du gouvernement de Londres.

Sammy Wilson, député unioniste, a exhorté Boris Johnson à «déchirer l'accord qui brise le Royaume-Uni, déchirer l'accord qui rompt toutes les promesses que vous avez faites au peuple d'Irlande du Nord». En mars, le Loyalist Communities Council (LCC), un groupe de paramilitaires unionistes, a annoncé qu'il récusait son soutien à l'accord du Vendredi saint qui mettait un terme à la période des troubles, tout en précisant que son opposition resterait pacifique. Son président, David Campbell, a déclaré: «Les choses pourraient dégénérer et devenir très vite incontrôlables, c'est pourquoi il est essentiel qu'un dialogue ait lieu.»

Jeudi 9 avril, à Belfast, confrontée à de nouvelles violences, la police a sorti les canons à eau et les chiens.

Newsletters

Zemmour, le pétainiste cool

Zemmour, le pétainiste cool

[Chronique #22] L'éditorialiste, qui tire sur la corde du suspense au sujet de son éventuelle candidature à la présidentielle 2022, est un produit de l'histoire française contrariée né de la défaite face à l'Allemagne et de la décolonisation de l'Algérie.

Télé-réalité

Télé-réalité

Que retiendra-t-on de l'homme politique que fut Benoît Hamon?

Que retiendra-t-on de l'homme politique que fut Benoît Hamon?

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2017 a annoncé rejoindre une ONG et mettre un terme à sa première carrière.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio