Monde

Les anesthésistes américains contre la peine de mort

Temps de lecture : 2 min

L'American Board of Anesthesiology a déclaré qu'il retirerait le certificat de tout anesthésiste qui jouerait un rôle dans l'administration d'injections mortelles pour exécuter un prisonnier. C'est la première fois qu'un groupe médical annonce une telle pénalité pour ceux qui prennent part à la peine de mort.

Sans certificat, un anesthésiste américain ne peut travailler dans la plupart des hôpitaux. Presque la moitié des Etats qui appliquent la peine de mort exigent qu'un docteur soit présent pendant l'exécution. Plus important, plusieurs Etats cherchent des docteurs, y compris des anesthésistes, pour être conseillés sur le meilleur moyen d'administrer une dose fatale en réponse à des accusations contre le cocktail de trois produits communément utilisé, qui peut causer un niveau trop élevé de douleur et être «inhumain».

Certains anesthésistes ont critiqué la nouvelle mesure, arguant que si les exécutions ont lieu de toute manière, autant que des médecins participent à la recherche de nouvelles méthodes pour diminuer la souffrance des condamnés.

[Lire l'article sur washingtonpost.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo de Une: surgery fairies and anesthesiologist, Prariekittin, via Flickr CC License by

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio