Monde

Les anesthésistes américains contre la peine de mort

Temps de lecture : 2 min

L'American Board of Anesthesiology a déclaré qu'il retirerait le certificat de tout anesthésiste qui jouerait un rôle dans l'administration d'injections mortelles pour exécuter un prisonnier. C'est la première fois qu'un groupe médical annonce une telle pénalité pour ceux qui prennent part à la peine de mort.

Sans certificat, un anesthésiste américain ne peut travailler dans la plupart des hôpitaux. Presque la moitié des Etats qui appliquent la peine de mort exigent qu'un docteur soit présent pendant l'exécution. Plus important, plusieurs Etats cherchent des docteurs, y compris des anesthésistes, pour être conseillés sur le meilleur moyen d'administrer une dose fatale en réponse à des accusations contre le cocktail de trois produits communément utilisé, qui peut causer un niveau trop élevé de douleur et être «inhumain».

Certains anesthésistes ont critiqué la nouvelle mesure, arguant que si les exécutions ont lieu de toute manière, autant que des médecins participent à la recherche de nouvelles méthodes pour diminuer la souffrance des condamnés.

[Lire l'article sur washingtonpost.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de Une: surgery fairies and anesthesiologist, Prariekittin, via Flickr CC License by

Newsletters

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

La tentative désespérée des Démocrates américains pour protéger le droit à l'IVG

Votée par la Chambre des représentants, la loi destinée à préserver la santé des femmes dans l'intégralité du pays ressemble à un baroud d'honneur, tant les impasses sont nombreuses.

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Avec son hommage aux harkis, quels messages Emmanuel Macron envoie-t-il à l'Algérie?

Pour Alger, la demande de pardon du chef de l'État relève du débat franco-français. Mais ses répercussions à moyen terme pourraient être néfastes.

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

À Helmand en Afghanistan, les barbiers n'ont plus le droit de raser les hommes

La musique a également été interdite dans leurs salons par le régime des talibans.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio