Culture

La légende à l'origine de la civilisation aztèque

Temps de lecture : 3 min

L'épopée des Mexicas les mena à établir leur ville dans les îles marécageuses au milieu du lac Texcoco, d'où ils bâtirent leur empire.

Représentation du marché de Tlatelolco, Musée Field de Chicago. | Joe Ravi via Wikimedia
Représentation du marché de Tlatelolco, Musée Field de Chicago. | Joe Ravi via Wikimedia

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Qu'est-ce qui a conduit à la naissance de l'empire aztèque?»

La réponse de Rémi Beral, étudiant en architecture:

Une belle histoire. En réalité on ne sait pas trop. On manque de données. Mais la légende vaut le détour. Il y a très longtemps, les Aztèques vivaient à Aztlan, une ville mythique au nord du Mexique, le «lieu de la blancheur».
Un jour, (en 1116 ou 1168 de notre ère), les Aztèques (ou Mexicas, c'est la même chose) auraient quitté la ville, guidés par le dieu Huitzilopochtli. Le récit semble coller avec la réalité historique puisqu'il semblerait qu'un ensemble de peuple (les Nahuas, parlant les langues nahuati) ait peu à peu quitté le nord du Mexique vers le sud à partir du VIe siècle et aurait fondé différentes civilisations.

Le dernier peuple à partir serait celui qui aurait fondé l'empire aztèque. Ces peuples se seraient mélangés aux peuples locaux, récupérant une partie de leur culture. C'est à l'effondrement de l'empire toltèque (un empire nahuas), que les Aztèques seraient partis s'installer au sud dans une région peuplée par les Tépanèques (d'autres Nahuas).

Huitzilopochtli sous sa forme humaine, dans le Codex Telleriano-Remensis (XVIe siècle). | via Wikimedia

Une ville bâtie sur un marécage

Mais revenons à la légende: les Aztèques errèrent longtemps. Après plus de 100 ans de voyage et de rebondissements (ils se séparèrent après une guerre civile et prirent le nom de Mexicas), après un siècle à se faire sans cesse chasser par tous les peuples des régions où ils s'installaient, ils finirent par arriver à Culhuacan au bord du lac Texcoco. Ils s'y installèrent comme vassaux des Culhuacas. Les Mexicas aideront les Culuacas à vaincre Xochimilco (une autre ville). En récompense, les Mexicas eurent l'autorisation de construire un temple dédié à Huitzilopochtli.

Le chef des Mexicas demanda également la main de la fille du souverain des Culhuacas. Celui-ci accepta. Cependant, durant le mariage, le dieu Huitilopochtli demanda à ce qu'on lui sacrifie la princesse pour en faire une déesse. Quand le souverain culhuacas découvrit horrifié la peau de sa fille portée par un prêtre comme vêtement rituel, il ordonna qu'on tue tous les Mexicas. Paniqué, les Mexicas s'entassèrent à bord de petits bateaux et se réfugièrent sur des îles marécageuses au milieu du lac Texcoco. À ce moment-là, les prêtres aperçurent un aigle perché sur un cactus, un serpent dans le bec. Ils savaient qu'ils étaient arrivés au bout de leur périple.

Isolés dans leur marécage, les Mexicas ne furent pas embêtés par leurs nombreux voisins. Ils purent développer leur petite ville, Tenochtitlan. À partir de là, l'histoire est documentée. Les plus anciennes traces d'habitations des marécages de Tenochtitlan remontent à 1300. Isolés de la terre, les Mexicas furent obligés de développer une agriculture sur eau dite sur «chinampas», des radeaux d'osier.

Au centre de ce folio du Codex Mendoza, on reconnaît le glyphe de la capitale aztèque faisant référence au mythe de la fondation de la cité. | via Wikimedia

Peu à peu ils apprirent à maîtriser le lac, creusant des canaux, construisant des îles, etc. Pendant ce temps, un nouvel État s'étendait peu à peu sur les côtes jusqu'à devenir particulièrement puissant: Azcapotzalco. Les Mexicas devinrent finalement vassaux de cet État.

C'est là que les choses se compliquent. En 1426 se déroule un événement d'importance. Le nouveau souverain d'Azcapotzalco, le tlatoani Maxtla, capture le chef mexicas Chimalpopoca, qui meurt peu après. Les Mexicas accusent Maxtla de meurtre. Le successeur de Chimalpopoca, Itzcoatl, s'allie alors avec le chef de la ville de Texcoco, Nezahualcoyotl qui était alors en exil à cause d'Azcapotzalco. Ils furent rejoint par la ville de Tlacopan, elle aussi vassale d'Azcapotzalco. En 1428, la triple alliance réussit à vaincre Azcapotzalco après un siège de quatorze jours. La ville est détruite et Maxtla tué.

La triple alliance

Très vite, Texcoco prend un rôle très spirituel et culturel alors que Tenochtitlan devient la véritable puissance militaire. Commence alors l'ascension de l'empire aztèque. Tenochtitlan devient la véritable puissance du pays et conquiert un immense territoire (un peu à la manière de la ville de Rome qui conquit un grand empire).

À l'arrivée des Espagnols en 1519, l'empire, même pas centenaire, est à son apogée. Quand les Espagnols découvrent Tenochtitlan, ils sont ébahis. La ville est une métropole flottante de 200.000 habitants au milieu d'un lac bordé par de nombreuses grandes villes. Les richesses de la capitale sont sans commune mesure avec tout ce que les Européens connaissent. La ville dépasse l'imagination. Même les comparaisons avec Paris (alors plus grande ville d'Europe) n'y suffirent pas. La «Venise du nouveau monde» faisait rêver.

Reconstitution du Templo Mayor de Mexico-Tenochtitlan (Musée national d'anthropologie de Mexico). | Steve Cadman via Wikimedia

Après une guerre gagnée de justesse (à 200 contre 40.000), les Espagnols asséchèrent le lac, détruisirent la capitale des Mexicas et créèrent la ville de Mexico qui devint capitale du Mexique, le pays des Mexicains.

Newsletters

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

«Pleasure», la pornographie comme modèle et comme défi

Le film de Ninja Thyberg accompagne une jeune fille dans les méandres de l'industrie du hard californienne.

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

Dave Chappelle n'a pas changé, c'est nous qui nous sommes trompés sur son compte

On a cru que l'humoriste était progressiste, ce n'est pas le cas.

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

Splendeurs et misères d'«Illusions perdues»

La brillante adaptation du chef-d'œuvre de Balzac par Xavier Giannoli réussit l'évocation d'une époque passée en suggérant le présent, mais surenchérit sur la noirceur au risque d'un dangereux déséquilibre.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio